Logement

Quatre bailleurs se groupent pour optimiser les coûts des logements

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel

Construire plus, qualitativement, tout en baissant les coûts, tels sont les objectifs du dispositif ALIS mis en place par Alliade Habitat, le groupe Logirem, ICF Habitat Sud-Est Méditerranée et le groupe SNI.

C’est sous l’acronyme ALIS que les bailleurs sociaux Alliade Habitat, le groupe Logirem, ICF Habitat Sud-Est Méditerranée et le groupe SNI ont choisi de se grouper pour concevoir un dispositif de production des logements basé sur un processus de conception qui permet d’optimiser les coûts et les délais de construction.

C’est avec un groupement de commandes que les quatre partenaires ont lancé une procédure de dialogue compétitif, remportée par le groupement GFC construction (mandataire), Thierry Roche (architectes) et OASIIS (bureau d’études).

Au travers de cet accord cadre, le groupement lauréat s’engage à produire 600 logements minimum sur quatre ans en Rhône-Alpes-Auvergne et en PACA-Languedoc. « Nous avions chacun des exigences de qualité qui se sont agrégées dans le cahier des charges que nous avons bâti », souligne Nathalie Dutheil, directrice de la stratégie et du développement du groupe Logirem. Sans sacrifier la qualité architecturale et l’intégration des bâtiments dans leur environnement, ni le confort d’usage des logements.

 

Comme dans l’industrie automobile

 

A l’image de l’industrie automobile, l’architecte a conçu les « chassis » des futurs bâtiments qui seront ensuite adaptés pour répondre au plus près aux besoins des territoires. Du studio et T5, du R+2 au R+7, le dispositif ALIS permettra d’adapter les programmes. Les futurs logements répondront aux exigences de la RT 2012 -10% à -20% et seront certifiés Habitat & Environnement. « Ce dispositif oblige à des formes de bâtiments normées, avec des contraintes dimensionnelles », souligne Patrick Amico, président du directoire d’ICF Habitat Sud-Est Méditerranée.

La réduction des coûts attendue, entre – 15 à 20%, passe par un travail amont modélisé, plus poussé, et, en aval, par une exécution séquencée qui garantit la qualité et des livraisons sans réserve. L’entreprise GFC construction s’appuiera sur le procédé Inovpac, développé et éprouvé depuis une dizaine d’années. « Ce travail va également nous aider à mieux maîtriser le coût global de nos opérations », ajoute Nathalie Dutheil.

Face à la raréfaction des financements publics, les acteurs du logement social voit dans ce dispositif une façon de maintenir un certain volume de production. « Nous devons avoir des démarches proactives en direction des collectivités locales et amener des solutions pour produire rapidement des opérations », argue Patrice Tillet, directeur général d’Alliade Habitat.

Les premiers permis de construire devraient être déposés d’ici la fin de l’année.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X