Construction Numérique

Quand une sculpture textile redessine le paysage urbain

L’artiste américaine Janet Echelman a suspendu l’une de ses plus grandes oeuvres dans le centre ville de Boston (Etats-Unis). La sculpture aérienne réalisée dans un matériau polymère a nécessité une conception en 3D afin de modéliser les mouvements du vent et l’impact des charges climatiques.

Jusqu’au moins d’octobre prochain, les habitants de Boston et les visiteurs de passage pourront admirer l’incroyable sculpture textile de Janet Echelman. L’artiste américaine a en effet mis en œuvre l’une de ses plus grandes créations à l’aplomb du Rose Kennedy Greenway dans le centre de la ville du Massachusetts.

 

2000 m² de surface totale

 

Réalisée à partir de fibres polymères « 15 fois plus résistantes que l’acier », selon l’artiste, l’installation aérienne est maintenue à près de 112 m de hauteur grâce à quatre points d’ancrage dans trois immeubles voisins. Pesant près d’une tonne et d’une surface totale à plat d’environ 2 000 m², la sculpture, qui s’étend sur 183 m dans sa plus grande largeur est constituée d’un demi-million de nœuds. Elle forme trois vides qui évoquent les trois montagnes qui ont été rasées au 18e siècle pour créer la ville de Boston. La nuit, la sculpture aérienne est éclairée par 32 diodes électroluminescentes (Led) intégrées au maillage. Le montage, qui a duré six heures, a nécessité l’intervention de plusieurs grues mobiles et la création d’ouvrages spécifiques pour réaliser les ancrages dans les immeubles adjacents.

Ci-dessous, le montage en accéléré (timelapse) :

« Aucun oiseau dans les filets »

 

« Entre la force du vent et son poids propre, il est très délicat de prévoir comment le matériau va réagir une fois installé. Il fallait également tenir compte des couleurs, des élasticités et des densités différentes. La structure a donc été modélisée en 3D afin d’étudier ses différents comportements sous l’effet du vent en particulier », précise Janet Echelman. L’ensemble est ainsi prévu pour résister à des vents de 160 km/h. Quant aux oiseaux, « jamais aucun ne s’est pris dans mes filets » assure l’artiste.

Cette vidéo montre une simulation numérique du mouvement dans les filets :

 

Conférence Ted de Janel Echelman (en français), cliquez ici.

Focus

Fiche technique

Conception : Janet Echelman

Ingénierie : Arup

Logiciel de conception : Autodesk

Mise en œuvre : Shawmut, Daniel Marr & Son Company

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X