Entreprises de BTP

Quand le bâtiment tape à la porte de Pollutec

Mots clés : Entreprise du BTP

Dédiée aux technologies et aux services de l’environnement, la 27e édition du salon Pollutec se déroule jusqu’au 2 décembre à Lyon. Lors de la première journée, Bouygues a choisi de mettre à l’honneur le bâtiment, une thématique inhabituelle dans cette manifestation. 

 

« C’est la première fois que l’ensemble de Bouygues expose au salon Pollutec. » La formule d’Olivier Bouygues, le directeur général délégué du groupe, souligne l’un des faits significatifs de la 27e édition de l’évènement. Cette manifestation, qui se déroule jusqu’au 2 décembre à Lyon, est consacrée au secteur de l’environnement. Il a toujours accueilli des entreprises de travaux publics impliquées dans les réseaux d’assainissement. Lors du jour inaugural de l’exposition, Olivier Bouygues s’est cependant exprimé sur un sujet plus rare dans ce cadre : les bâtiments et la ville. « L’accès aux ressources devient une question prégnante pour la construction. Nous devons donc nous inscrire dans les enjeux propres à ce salon, a-t-il expliqué. Notre groupe n’y arrivera pas seul, mais nous sommes ici entourés d’entreprises avec lesquelles nous pouvons nous unir. »

Afin d’illustrer ses propos, le dirigeant a mentionné les concepts de Green Office, mise en pratique par Bouygues Immobilier depuis 2007, et d’Autonomous Building for Citizens (ABC) à Grenoble. Ce dernier vise à bâtir 61 logements dont l’autonomie en eau et en énergie dépasserait 70 %. Il est encore en phase de conception. Parmi les partenaires engagées dans ce projet, Suez s’occupe de l’eau et des déchets. Le directeur général du géant de l’environnement, Jean-Louis Chaussade, partageait la tribune avec son confrère du BTP. Entre autres constats, il a évoqué la question des rebuts de chantier : « Chaque matériau doit être orienté vers des destinations précises pour être réemployé. Un tel modèle implique une dépense entre plusieurs acteurs économiques. Il requiert donc une coopération accrue. Les technologies du numérique nous offrent les moyens de mettre en contact plusieurs univers. »

 

Accroître les usages

 

Les possibilités de l’informatique nourrissent également l’imaginaire de Bouygues. Ses équipes réfléchissent à un système de banque de matériaux. « Tous les matériaux d’un bâtiment seraient répertoriés et vendus. Au moment de la démolition, leur propriétaire pourrait les affecter à un nouvel usage », a précisé Olivier Bouygues. Dans le même esprit, le groupe envisage de mutualiser des immeubles de bureaux. Des riverains pourraient utiliser les salles, les parkings ou les restaurants d’entreprise quand ces édifices sont inoccupés.

Cependant, les coûts actuels des ressources ralentissent ces ambitions. « Ces dernières années, les prix ont baissé. Cette conjoncture ne favorise pas l’émergence de l’économie circulaire », a déploré Jean-Louis Chaussade. Les matières premières recyclées restent donc plus chères que leurs équivalents issus des filières traditionnelles. Des mesures réglementaires seraient sans doute nécessaires pour lever ces obstacles. Représentant du gouvernement au salon, le secrétaire d’Etat à l’industrie Christophe Sirugue n’a pas abordé le sujet lors de son discours d’ouverture.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X