Règles techniques

Qualité de l’air intérieur : la RT 2012 n’autorise pas un renouvellement d’air suffisant, selon l’Iceb

Mots clés :

Air

-

Réglementation technique

Les seuils réglementaires de renouvellement d’air intérieur ne sont pas compatibles avec les exigences sanitaires. Selon l’Institut pour la conception éco-responsable du bâtiment (Iceb), ils devraient être multipliés par trois.

Alors qu’un nouveau décret sur la qualité de l’air intérieur est attendu pour la fin mai qui pourrait assouplir les exigences pour les établissements qui accueillent des enfants de moins de 6 ans, l’Institut pour la conception écoresponsable du bâtiment (Iceb) lance un cri d’alarme. « Nous sommes les témoins directs de l’incompatibilité des exigences entre RT 2012 et taux de renouvellement d’air », explique Michel  Le Sommer, fondateur du bureau d’étude Le Sommer Environnement et vice-président de l’Iceb. L’institut met l’accent plus spécifiquement sur les crèches et explique que le règlement sanitaire départemental type y fixe le seuil de renouvellement d’air à 15 m3/heure et par personne, alors que les membres de l’Iceb préconisent un taux de renouvellement d’air de 45 m3/heure et par personne.

Pour les enfants qui inhalent deux fois plus d’air que les adultes relativement à leur poids, et dont le métabolisme d’élimination des substances toxiques est plus faible, un débit inférieur à 27 m3.h/personne augmente le risque de contagion. En revanche, au-delà de 27 m3h/personne, le risque diminue progressivement jusqu’à 70 m3.h/personne », rappelle l’Iceb dans un communiqué qui cite l’ouvrage du docteur Suzanne Déoux « Bâtir pour la santé des enfants ».

 

Pédagogie en phase projet

 

« Actuellement, il est impossible d’augmenter les débits d’air sans dégrader les performances des bâtiments », constate Michel Le Sommer. Les membres de l’Iceb travaillent donc beaucoup en amont en alertant les maîtres d’ouvrages sur la nécessité d’augmenter les débits d’air dans les projets. Ce qui permet d’anticiper sur les performances de l’enveloppe et le choix des équipements techniques. « J’insiste sur la vérification de l’étanchéité des réseaux aérauliques, faute de quoi les pertes de charges se traduisent par une baisse des débits qui engendre un confinement des salles », poursuit Michel Le Sommer. Lorsque le taux de dioxyde de carbone augmente dans l’air, des baisses de l’attention, une somnolence voire des pertes de conscience peuvent être constatées.

Autre préconisation d’ordre technique, les filtres de ventilation devraient être changés lors de l’arrivée des occupants dans le bâtiment. « La mise en route des équipements permet déjà l’extraction des poussières, solvants, etc. le changement des filtres assez tôt permettrait déjà de commencer à vivre dans un bâtiment plus sain », explique-t-il avant de rappeler que la responsabilité des acteurs du bâti en général et de l’écoconstruction en particulier est de concevoir des bâtiments garantissant le bien-être et la santé des enfants.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X