Immobilier

Promotion : les acteurs anticipent une fin d’année 2017 dynamique

Les promoteurs annoncent des résultats encourageants, marqués par la hausse des réservations au premier semestre 2017, et envisagent des prochains mois tout aussi dynamiques.

2017, un meilleur millésime que 2016 dans le secteur de la promotion ? Il semblerait que la réponse soit positive. Avec 7 794 réservations de logements neufs en France au premier semestre 2017 (+10% en volume sur un an), Nexity observe une activité commerciale soutenue. Même dynamique chez Icade qui poursuit son ascension dans le résidentiel. Les réservations sont en hausse de 10,2%, atteignant 2 690 logements.

Si la tendance s’observe avec les mastodontes du secteur, elle est similaire chez des promoteurs plus modestes, comme Réalités, qui enregistre au cours des six premiers mois de l’année 551 réservations, contre 528 un an plus tôt.

 

477 600 permis de construire délivrés en un an

 

Pour beaucoup, ces bons résultats confirment le mouvement observé en début d’année. Kaufman & Broad revoit même ses ambitions à la hausse. Alors qu’en avril, l’entreprise tablait sur une croissance de son chiffre d’affaires de 8 à 10%, elle anticipe désormais une progression d’ « au moins 10% » sur l’année 2017. Des chiffres qui soulignent la forte dynamique du secteur au cours des derniers mois. En effet, selon le ministère de la Cohésion des territoires, au deuxième trimestre, le nombre de permis de construire délivrés a augmenté de 7,2% par rapport aux trois premiers mois de l’année. 

L’année 2017 semble donc être la digne héritière de 2016. D’autant que depuis un an, ce ne sont pas moins de 477 600 permis de construire qui ont été délivrés et 397 700 nouveaux logements mis en chantiers. « En un an, de juin 2016 à mai 2017, le nombre de logements autorisés à la construction a augmenté de 12,9% par rapport au cumul des douze mois précédents. Cette hausse significative signifie que les carnets de commande des entreprises se remplissent et que les promoteurs sont confiants et n’hésitent pas à investir dans des projets », analyse le ministère de la Cohésion des territoires.

 

126 300 réservations en 2017

 

De quoi augurer de prochains mois fructueux ? C’est en tout cas ce que pense Kaufman & Broad. Le promoteur anticipe une croissance « d’environ 5% » du marché du logement sur l’ensemble de l’année. Même constat du côté du secteur tertiaire. Altarea Cogedim a dans ses cartons 51 projets immobiliers de bureaux. Des prévisions qui lui offrent « une excellente visibilité sur les prochaines années », souligne Eric Dumas, directeur financier du groupe.

Nexity confirme quant à lui sa prévision d’un marché français stable en 2017, avec 126 300 réservations. Le chiffre est moins important que pour l’année 2016 et ses 148 618 réservations (source : Fédération des promoteurs immobiliers). Malgré cette baisse, le marché reste dynamique grâce au bon fonctionnement de dispositifs tels que le Pinel et le prêt à taux zéro (PTZ). Selon le numéro 1 de la promotion immobilière en France, les investisseurs ayant bénéficié du Pinel représentent sur les deux dernières années environ 25% des réservations de logements neufs. Reste pourtant une inconnue : le maintien ou non des deux dispositifs en 2018 (voir encadré). Alain Dinin, le P-DG de Nexity demeure confiant : « Nous sommes convaincus que nos gouvernants garderont en mémoire l’expérience conduite entre 2012 et 2014 [période pendant laquelle Cécile Duflot était ministre du logement, NDLR], et ses effets sur l’emploi et la croissance ; et poursuivront, quitte à les adapter, des politiques bénéfiques pour les finances publiques et utiles à la société, si elles sont ciblées sur les zones tendues. » 

 

Focus

Le Pinel et le PTZ modifiés, mais reconduits en 2018 ?

Réclamée par le BTP, la prorogation du dispositif Pinel et du PTZ sera-t-elle actée ? La question sera débattue dans le cadre du projet de loi de finances pour 2O18, mais les acteurs du bâtiment sont déjà à la manœuvre pour décrocher leur reconduction.

« J’ai le sentiment que les dispositifs seront reconduits, pour ne pas casser la dynamique, mais leur prorogation ira de pair avec le redimensionnement soit des montants accordés, soit des plafonds de revenus, soit des zones où ils sont applicables. En 2O18,  les deux dispositifs ne seront pas exactement similaires à ce que l’on connaît aujourd’hui », confie un professionnel de l’immobilier.

Conscient des efforts financiers demandés au secteur, un autre acteur du BTP réclame à ce que la révision du Pinel et du PTZ « ne casse pas la dynamique. Ils peuvent être modifiés dans les zones où leur utilité n’a pas été démontrée ». Par exemple, « le PTZ ne fonctionne pas dans le neuf en zone A, mais il demeure très utile dans l’ancien, croit savoir un autre expert. Il s’agirait donc de ne pas supprimer entière le PTZ en zone A. »

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X