Economie

Promoteurs immobiliers, artisans et chefs d’entreprises des TP un peu moins pessimistes en juillet

Mots clés : Artisanat - Entreprise du BTP - Gestion et opérations immobilières - Situation économique - Travaux publics

Les entrepreneurs se montrent un peu moins pessimistes en juillet, tant dans la promotion immobilière, que l’artisanat du bâtiment ou les travaux publics, selon trois enquêtes trimestrielles de conjoncture publiées par l’Insee vendredi 24 juillet.

Les promoteurs immobiliers sont ainsi « de nouveau moins nombreux que le trimestre dernier à indiquer une baisse de la demande de logements neufs », révèle l’enquête de conjoncture dans la promotion immobilière.

Le solde d’opinion, c’est à dire l’écart entre le pourcentage de réponses « en hausse » et celles « en baisse », qui avait atteint en octobre 2014 son plus bas niveau depuis que cette enquête existe (à -54), s’est nettement redressé depuis (à -23) mais reste encore en-dessous de sa moyenne de long terme (-9).

 

 

De même, les perspectives de mises en chantier s’améliorent à la fois pour les logements destinés à la vente et pour les logements destinés à la location. Et les perspectives de mises en chantier de logements pour les trois prochains mois sont de nouveau plus favorables que le trimestre précédent.

Les promoteurs sont aussi moins nombreux qu’en avril à signaler une baisse de leur stock de logements invendus et le solde d’opinion correspondant (-24) redevient supérieur à sa moyenne de long terme (-27).

 

Un peu plus d’optimisme même dans les TP

 

 

De leur côté les artisans du bâtiment sont « nettement moins nombreux » qu’au mois d’avril, à signaler une baisse de leur activité sur la période récente (-12 contre -33) et pour les trois prochains mois (-20 après -31). De plus, l’opinion des artisans quant aux perspectives globales du secteur s’améliore de nouveau (-33), après un premier rebond en avril (-39 contre -50 en janvier).

 

 

Enfin, le climat conjoncturel semble légèrement s’améliorer, dans les travaux publics, où les chefs d’entreprise sont nettement moins nombreux qu’en avril à indiquer une baisse de leur activité passée et prévue. Si le solde entre opinions (« en hausse » ou « en baisse ») demeure négatif, il l’est moins que trois mois plus tôt, tant concernant l’activité passée (-38 contre -58) que celle à venir (-30 contre -47). Toutefois ces niveaux demeurent « très en dessous de leur moyenne de longue période », note l’Insee. En revanche, « les entrepreneurs restent presque aussi nombreux qu’en avril à juger leurs carnets de commandes inférieurs à la normale pour cette période de l’année ». Le niveau actuel est le plus bas depuis 1984.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X