Chantiers

Prolongement de la ligne 11 du métro parisien : un chantier complexe aux multiples méthodes de construction

Mots clés : Bois - Ouvrage d'art - Transport collectif urbain

Plusieurs méthodes de construction seront employées pour réaliser l’ensemble des éléments du chantier de prolongement de la ligne 11 (6 km) du métro parisien, de Mairie des Lilas à Rosny-Bois-Perrier, dont les travaux ont été lancés le 10 décembre. En fonction de la nature des sols et du lieu d’implantation, les stations, tunnels et ouvrages annexes ne font pas appel aux mêmes méthodes de travaux.

 

 

Les stations

 

Selon les conditions géologiques du sous-sol ou bien le type de bâti en surface, les travaux pour la construction des stations ne sont pas effectués de la même manière. Trois méthodes principales sont utilisées :

 

Parois moulées à ciel ouvert

Cette méthode permet une réalisation rapide mais nécessite un espace dégagé en surface. En effet, dans ce cas, les terrassements et la construction de la structure intérieure de la station sont réalisés à ciel ouvert, à l’abri de parois moulées. Cela implique donc une emprise de chantier maintenue pendant toute la durée du chantier.

> Station réalisée avec cette méthode : Rosny-Bois-Perrier. Sa réalisation a été confiée au groupement constitué de Razel-Bec et Sefi Intrafor, pour 72 millions d’euros.

 

 

Puits et souterrain

Cette méthode mixte est utilisée lorsqu’ une partie des espaces nécessaires en surface est occupée par du bâti existant. Un puits principal est alors aménagé à ciel ouvert, en parois moulées. Puis le reste de la station est réalisé en méthode traditionnelle. Cette méthode est adaptée à un contexte urbain particulier.

> Stations réalisées avec cette méthode : Place Carnot et La Dhuys.

 

Tranchée couverte

Cette méthode est historiquement utilisée pour les interventions en souterrain dans un secteur urbain dans lequel la surface n’est pas ou peu exploitable. Une tranche couverte est donc réalisée en dessous du bâti et les terrassements et la structure intérieure de la station sont réalisés à l’abri de la dalle de couverture. Cette solution permet de limiter les nuisances et l’impact du chantier au minimum et de rétablir plus rapidement la circulation routière sur des grands axes.

> Stations réalisées avec cette méthode : Serge Gainsbourg et Montreuil Hôpital.

 

Le tunnel et le viaduc

 

Pour la réalisation du tunnel qui accueillera les rails de la ligne 11 prolongée, plusieurs méthodes sont possibles : les méthodes du tunnel vouté et du tunnel cadre, réalisés de façon classique, et la méthode du tunnel circulaire réalisée avec un tunnelier.

Le tunnelier est la méthode la plus rapide mais est contrainte par les caractéristiques géologiques et urbaines du territoire concerné. Dans le cadre du prolongement de ligne 11, un tunnelier sera utilisé entre les stations Serge Gainsbourg et La Dhuys.

Enfin, 600 m du tracé sont concernés par un viaduc entre les stations La Dhuys et Rosny-Bois-Perrier.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Vous êtes intéressé par le thème Chantiers ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X