Entreprises de BTP

Prix Moniteur de la construction 2017: les lauréats de l’Ouest et du Centre

Depuis 2001, les Prix Moniteur de la construction récompensent des PME indépendantes, souvent familiales, qui conjuguent performances économiques et sociales. Parmi les 28 entreprises régionales distinguées dans toute la France, dans quatre catégories différentes — clos-couvert, second œuvre, équipement technique et travaux publics —, quatre sont implantées dans l’Ouest et le Centre dont Macoretz, « Grand Prix » 2017, et Christian Fougeray & Cie, lauréat national dans la catégorie « Second œuvre ».

Macoretz, lauréat Clos-couvert et Grand prix

Créée en 1986 en statut coopératif par quatre associés militants de la première heure, la Scop Macoretz est restée fidèle à son engagement de départ de «vivre et travailler au pays dans un autre rapport au travail», comme l’affirme son P-DG Serge Boureau. Pourtant, depuis trente ans, l’entreprise générale de Loire-Atlantique n’a cessé de croître au rythme de six nouvelles embauches par an en moyenne, pour atteindre 188 salariés aujourd’hui. La conjoncture ayant retrouvé des couleurs, Macoretz prévoit même «une petite vingtaine de recrutements dans l’année». « La satisfaction de nos clients, le maintien d’un emploi local, l’épanouissement de chaque salarié et la réussite collective sont parmi nos valeurs essentielles» résume Serge Boureau, régulièrement réélu à la tête de l’entreprise, qui passera le flambeau dans deux ans à Xavier Lebot, l’actuel directeur général délégué. Au quotidien, ces valeurs se traduisent par l’attention portée à la formation. Celle-ci représente 4% de la masse salariale, avec des sessions sur les techniques de construction bien sûr, mais aussi la vie coopérative, voire le développement personnel. L’entreprise mise aussi sur l’apprentissage, perçu ici comme une filière d’excellence représentée notamment par Thomas Landreau, jeune apprenti en 2015 et médaillé d’or aux Olympiades des métiers en carrelage. Aujourd’hui, 21 apprentis, dont plusieurs en études supérieures, font leurs armes chez Macoretz, où 20% de l’effectif est issu de l’apprentissage.

Redistribution équitable

Depuis la création de l’entreprise, les sociétaires ont toujours souhaité une redistribution équitable des résultats. L’échelle des rémunérations est de 1 à 3,8 seulement, et les salariés peuvent toucher jusqu’à quatre mois de salaire supplémentaires (deux mois en moyenne) via un système d’intéressement. «Nous n’accordons pas de prime individuelle et personne n’est rémunéré à la commission», précise Serge Boureau, qui envisage un nouveau contrat...

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X