Ingénierie

Présidentielle 2017 : Syntec ingénierie apporte sa pierre à l’édifice

L’organisation Syntec ingénierie vient de formuler, le 19 janvier, dix propositions en vue de l’élection présidentielle 2017.

Ce sont dix propositions que vient de faire Syntec ingénierie, le 19 janvier, pour tenter d’inspirer les candidats à l’élection présidentielle. « Les entreprises d’ingénierie présentent une série de mesures concrètes pour accroître la compétitivité de l’économie française, maximiser la performance et l’utilité des ouvrages et services tout au long de leur cycle de vie, renforcer les formations initiale et continue des professionnels de l’ingénierie, dynamiser la recherche et l’innovation dans les projets », explique Nicolas Jachiet, président de l’organisation.

Parmi les préconisations de Syntec ingénierie, on trouve notamment un appel à relancer durablement l’investissement public pour financer les projets de réhabilitation et de digitalisation des bâtiments et infrastructures existants, et à concentrer les dotations de l’Etat aux collectivités locales sur le soutien aux investissements.

 

Revoir la loi du 3 janvier 1977 sur l’architecture

 

Les entreprises d’ingénierie souhaitent également favoriser l’émergence de sociétés mixtes (ingénieurs-architectes) de maîtrise d’oeuvre. Pour cela, elles appellent à revoir la loi du 3 janvier 1977 sur l’architecture pour lever les barrières actuelles entre ces deux professions. L’organisation veut par ailleurs « simplifier et rationaliser les processus de concertation et de décision en phase amont des projets publics et privés ».

Les autres préconisations :

– Convertir le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) en baisse pérenne des charges sans limite de salaire ;

– Favoriser la mise en oeuvre du BIM en vue d’obligations réglementaires à l’horizon 2020 ;

– Renforcer le rôle de l’ingénierie en supervision des projets ;

– Sensibiliser, dès le collège, les jeunes au métier d’ingénieur et les former aux outils numériques à vocation professionnelle ;

– Réorienter la contribution obligatoire de formation pour renforcer et enrichir la formation continue des professionnels de l’ingénierie ;

– Redonner de la souplesse et de la simplicité au Crédit Impôt Recherche (CIR) ;

– Créer un droit à l’expérimentation dans la conduite des projets pour favoriser l’innovation.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X