Chantiers

Première pierre de la Bordeaux Métropole Arena, la grande salle de spectacles signée Ricciotti

Véritable serpent de mer, le projet d’une grande salle de spectacle dans l’agglomération bordelaise entre en construction. La pose de la première pierre, le 11 avril, a réuni élus, représentants de Lagardère Live Entertainment, de Bouygues Construction et son architecte, Rudy Ricciotti.

Voici une ZAC, sur les quais de la rive droite de la Garonne, au pied des coteaux de Floirac, où depuis quelques années pousse une floraison de programmes immobiliers, d’habitat et même un écoquartier à dominante sociale. Cette ZAC sera directement reliée en 2020 à Bordeaux par le nouveau pont Jean-Jacques Bosc, dessiné par OMA Rem Koolhaas-Clément Blanchet architectes. Ce quartier en devenir, aux portes de Bordeaux, est l’écrin de la future grande salle de spectacle que ses concepteurs et partenaires ont baptisé Bordeaux Métropole Arena (BMA).

Réunis le 11 avril pour la pose de la première pierre, les VIP présents racontaient, un peu, l’histoire sans cesse repoussée de cette salle de spectacle à grande capacité : Alain Juppé, maire et président de la Métropole, qui a lancé un premier projet en 2004 avec la proposition des architectes Lanoire-Courrian pour une salle de spectacles; Vincent Feltesse, président de la CUB de 2007 à 2014, qui avait relancé le marché suite à l’abandon du projet purement privé de Montecristo, lancé en 2008 et abandonné faute de remplissage de sa galerie commerciale. Ce dernier avait finalement retenu en décembre 2013 l’offre de conception-réalisation du groupement Lagardère Live/DV Construction (Bouygues)/Ricciotti. Présente également, Conchita Lacuey, ancienne maire de Floirac, actuellement députée, très investie dans la progression de sa ZAC des Quais.

Autour d’eux, l’exploitant et gérant pour 20 ans de la salle, Lagardère Live Entertainment, était représenté par son directeur Jérôme Langlet, pour qui la BMA sera «La plus belle salle de France» et qui confirme son potentiel: « Nous avons déjà énormément de demandes sur cette salle de la part de producteurs de spectacles».

Pour le président de la métropole, Alain Juppé, l’enjeu est en effet, de doter l’agglomération d’un dernier équipement de grande capacité qui lui manquait, après la construction du grand stade (Herzog & De Meuron) .

«La ZAC des quais est l’un de ces nouveaux quartiers qui s’intègrent dans une métropole à l’attractivité grandissante» rappelait-il.

Revue à la baisse par rapport aux premiers projets, la jauge passe de 25 000 à 11 000 places. Et tire sa force de son positionnement multi-usages et de sa modularité. Cette Arena multifonctionnelle est, de fait, un équipement flexible, avec une zone technique en arrière-scène importante. Elle est prévue pour accueillir une centaine d’événements par an: concerts, spectacles, événementiel d’entreprises. La configuration sportive à 360° permet en outre les manifestations de sport indoor. Les changements de configuration sont rapidement effectués par un système motorisé de tribunes rétractables.

Pour ce qui est de l’architecture et du concept de l’Arena, laissons la parole à son concepteur, Rudy Ricciotti, présent lors de cette première pierre de ce qu’il appelle, citant Mounier «une singularité baignée de banalité».

En réponse à nos questions, l’architecte de Bandol, déjà présent dans la métropole (sa résidence Escabelle pour Domofrance, par exemple) rafraîchit sa note architecturale, qui fut présentée lors de la sélection du groupement de conception-réalisation en 2013 et dont, finalement, il nous faut reprendre la trame.

 

Focus

Une architecture qui tire partie du lieu

«Le fleuve a déposé un galet sur la parcelle en retrait de la berge, une douce masse polie et arrondie. Le projet assemble là deux monolithes minéraux. Un socle aligné sur l’avenue Alfonséa, de 7 m de hauteur soutient un prisme trapézoïdal dont l’altitude atteint 23,3 m au pourtour. Les deux figures se confondent en leurs angles magnifiant un décollement du prisme du sol: on y lit l’évidence du parvis d’accueil et la façade d’accès dédiée au public.»

Voilà une architecture de situation mais aussi un regard porté sur la ville d’en face: «le projet est orienté. Il se tourne subrepticement vers le futur pont Jean-Jacques-Bosc quand un tropisme primaire ne dirigerait le projet que vers le fleuve, où ne sont d’ailleurs pas les hommes. Le bâtiment est placé en retrait de l’avenue de la Garonne. L’interstice résultant est planté de sujets de hautes tiges. Ce couvert végétal atténue la présence monumentale de l’équipement dans son site et en facilite l’acceptation par le voisinage.»

 

Quid alors du matériau, forcément minéral

«L’écriture du projet est unitaire. Les matières du projet, visibles depuis l’espace public, sont le béton blanc et le verre. Le béton autoplaçant, malléable par nature, se cintre aux changements de directions de l’enveloppe. Les inflexions générées tempèrent la puissance lexicale du projet dans son milieu et distillent le dynamisme intrinsèque du programme. Sous le porte-à-faux, la peau du socle s’est vitrée et donne à voir le vaste hall intérieur. Cette configuration généreuse est paradoxalement atypique tant la crainte est souvent sévère de subir un vandalisme gratuit: or les parades existent et nous nous refusons arbitrairement à opacifier toute relation du dedans au dehors. Cette grande fenêtre d’un pan complet ouvert à la ville l’ancre avec cohérence dans ce quartier habité de la ZAC».

 

La forme fait aussi écho à la fonction musicale du lieu

«La peau de béton est régulièrement perforée de baies de taille constante, mises en lumière par des LED: on y verra, vus leurs étagements, une analogie graphique avec un égaliseur numérique. Ce n’est pas fortuit et révèle une part de l’ambiance interne de l’édifice, à l’acoustique amplifiée. Le spectacle se devine pertinemment depuis les abords extérieurs.»

 

La disposition intérieure est particulièrement étudiée

«Le hall d’accueil général est précédé du parvis partiellement abrité par le porte-à-faux du prisme. Le hall irrigue aisément la grande salle et ses entités connexes. Le repérage des zones d’accès aux gradins est limpide. La distribution interne des principales composantes du programme est aisément intelligible et conduit à l’introduction de surfaces supplémentaires, de réception de public notamment, ou d’amélioration de l’offre en locaux réputés «privatifs» ou logistiques. Parmi les «nouvelles» surfaces, un lounge tout public et un important salon VIP. Aux premier et deuxième niveaux du projet, ces surfaces divisibles regardent Bordeaux au-delà du fleuve, par le filtre épais de la façade percée. Le champ de vision de grande ouverture est une rareté locale. L’accessibilité directe à ces surfaces depuis le parvis en décuple le planning d’occupation possible, indépendamment de toute manifestation dans la grande salle.»

 

L’astuce du backstage polyvalent

«La cour de service s’adosse à la grande salle et sa polyvalence en fait un formidable outil technique au profit de l’exploitant et des tourneurs ou structures d’utilisateurs occasionnels. La polyvalence de cette cour est inédite dans la variété des équipements semblables. Attenants au plateau d’évolution ou parterre, les locaux logistiques, d’administration, etc., se développent sur deux étages et offrent des liaisons courtes vers les principaux pôles du complexe.»

 

Un équipement inséré dans le quartier

«La densité de logements réalisés ou à venir, à proximité immédiate du terrain d’assiette de l’opération, nous oblige à la plus grande prudence conceptuelle. La grande salle et son environnement doivent dialoguer avec circonspection; le nouvel équipement ne pas être, malgré sa nature fonctionnelle, une source de nuisances préjudiciables «au bon vivre ici». C’est une partie du sens du projet soumis, dont la masse minérale est à même d’offrir de sérieuses garanties sur l’isolement acoustique du projet vis-à-vis des tiers. On se souviendra qu’en France nombre de salles de spectacles sont implantées à plus de 200m de toute habitation». Le hall de 2200 m2, lieu de vie et de rencontre, ouvert sur le parvis, doit accueillir une offre de service ouverte au public: café, expositions, salons grand public & salon VIP.

 

L’humain est au cœur du projet de construction

Ricciotti qui se qualifie «d’ingénieur d’opérette», salue «les ingénieurs de combat» de ses associés de Bouygues (DV Construction). «Pour ce chantier une main-d’œuvre nombreuse sera nécessaire. La construction de la peau, en tant qu’ouvrage maçonné, fera la part belle au savoir faire des compagnons et à la dextérité des bancheurs. L’enveloppe à créer sera pérenne, «durable» par nature. Elle l’est aussi dès sa mise en œuvre.» A la première pierre, il a même martelé son propos «le coefficient de main-d’œuvre doit être le plus élevé possible». Le programme prévoit que 35% des lots soient confiés à des PME et 5% des heures de travail d’insertion. Et bien sûr, l’ensemble du chantier vise la certification HQE en phase construction et en phase exploitation.

 

Focus

L’équipe retenue pour la concession de 20 ans conception-construction-exploitation le 19 décembre 2013:

Lagardère Live Entertainment (titulaire d’un contrat de concession d’une durée de 20 ans);

Lagardère Live Entertainment (exploitant);

Bouygues Bâtiment Centre Sud-Ouest (mandataire du groupement de conception-construction);

Agence Rudy Ricciotti (architecte du groupement de conception-construction).

 

Le planning

Avril 2014: signature du contrat de concession;

Juillet 2015: obtention du permis de construire;

Décembre 2015: mise à disposition du terrain;

Avril 2016: début des travaux;

Début 2018: livraison de la salle.

 

La Bordeaux Métropole Arena en chiffres

100 spectacles par an

De 2500 à 11000 places

77 millions d’investissement de la métropole dont 58,13 millions pour la salle, 14,9 millions pour le parking et 3,9 millions d’euros de frais divers.

 

Le projet de la Bordeaux Métropole Arena (BMA) en vidéo

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X