Qualité/Sécurité

Poussières de bois : les acteurs se rassemblent pour prévenir les risques

Mots clés : Bois

Les organisations professionnelles du bois ont signé une convention visant à améliorer la prévention des risques liés aux poussières de bois.

Représentants des organisations professionnelles de la filière bois, du BTP et partenaires publics (*) se sont retrouvés, le 27 mars dernier, pour signer une convention portant sur l’amélioration de la prévention des salariés exposés aux poussières de bois. Cette convention « marque la volonté de tous les partenaires, publics et professionnels, de travailler ensemble dans une démarche de progrès. » Cette convention doit permettre de sensibiliser et d’informer les employeurs des risques cancérigènes liés à l’exposition aux poussières de bois et de les former à la prévention des risques.

Elle vise aussi à mieux contrôler le niveau d’empoussièrement et trouver une méthode adaptée de mesure de la valeur limite d’exposition professionnelle. Un problème crucial pour les entreprises de ce secteur depuis la modification réglementaire intervenue avec le décret du 15 décembre 2009 relatif au contrôle du risque chimique sur les lieux de travail ou à des agents cancérogènes, mutagènes ou toxiques présents dans l’atmosphère des lieux de travail (dont les poussières de bois). Un changement qui avait conduit la profession à financer une étude sur la nouvelle méthode de mesure d’empoussièrement. Les résultats avaient montré qu’aucune des entreprises n’étaient conformes à la réglementation.

La profession souhaite aujourd’hui accompagner les entreprises dans la mise en place d’installations spécifiques.

 

 

 

(*) les signataires de la convention sont : L’Union des industries du bois, l’Union nationale de l’artisanat des métiers de l’ameublement, la FFB, le Commerce du bois, la Fédération nationale du bois, l’Union nationale des industries françaises de l’ameublement, l’UNA CMA, la FNSCOP BTP, l’Union des fabricants de menuiseries extérieures et l’Institut technologique FCBA, les ministères du travail et de l’agriculture, la Caisse centrale de la mutualité sociale agricole, l’INRS et l’OPPBTP.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X