Industrie/Négoce

Pourquoi les cadres de Sika s’opposent encore au projet de rachat par Saint-Gobain

Mots clés : Concurrence - Industriels du BTP

Dans une lettre ouverte envoyée le 13 octobre au P-DG de Saint-Gobain, la grande majorité des cadres supérieurs de Sika, également actionnaires, expriment une nouvelle fois leur vive opposition à la prise de contrôle de leur entreprise par le géant industriel français.

L’opposition de Sika au projet de prise de contrôle par Saint-Gobain ne faiblit pas. Dans une lettre ouverte (voir ci-dessous) envoyée à Pierre-André de Chalendar, P-DG du géant industriel français, le 13 octobre, que Le Moniteur s’est procurée, les cadres supérieurs de l’entreprise suisse, responsables de pays et de divisions, ont une nouvelle fois exprimé leurs craintes. « A cette date, Saint-Gobain n’a pas répondu de manière adéquate à nos précédentes lettres et, depuis maintenant dix mois, continue de sous-estimer la situation », jugent-ils. « Nous continuons d’être en désaccord complet avec le projet de prise de contrôle (…) Contrairement à ce qui a été avancé, nous ne voyons aucune synergie réalisable mais plutôt des « dé-synergies » en l’état actuel de la transaction proposée », accusent-ils.

Les 140 signataires (sur 160 « senior managers » au total) soulignent la position concurrente des deux entreprises, notamment sur le marché des mortiers industriels. « Nous sommes au quotidien en concurrence avec Weber (la filiale mortiers de Saint-Gobain, NDLR), et même la Commission européenne a statué que nous étions des concurrents sur de nombreux marchés. Le fait que les autorités de la concurrence dans plusieurs pays ne s’opposent pas à la transaction n’a rien à voir avec le fait que nous soyons concurrents », arguent-ils. « Pendant les neuf derniers mois, et malgré la confusion créée par votre projet de prise de contrôle et des environnements de marché difficiles, Sika a continué de croître, d’augmenter sa présence sur les marchés et d’améliorer sa profitabilité. Nous comprenons l’intérêt pour Saint-Gobain de consolider de tels résultats avec les siens, mais nous n’arrivons pas à voir quel serait le bénéfice d’une telle opération pour Sika ».

 

« Résistance féroce »

 

En conclusion, les cadres de Sika exhortent Pierre-André de Chalendar à prendre en considération les « risques », les « obstacles » et la « résistance féroce » qui découleront d’un maintien de sa position et de l’offre en l’état. « Nous continuons de nous opposer à cette prise de contrôle hostile (…) et vous incitons une fois de plus à revoir vos plans qui, de notre point de vue, font peser des risques importants sur les deux parties ».

Comme les signataires l’expliquent eux-mêmes dans la lettre, c’est à la fois en tant que cadres supérieurs et en tant qu’actionnaires de Sika qu’ils s’expriment. Un élément crucial pour la compréhension de leurs revendications… En effet, conformément au droit suisse et comme l’a confirmé en avril la Commission suisse des OPA, Saint-Gobain pourra prendre le contrôle de Sika sans avoir à faire d’OPA sur le reste du capital. Pas d’OPA donc aucune prime pour les actionnaires minoritaires de la pépite suisse. La seule prime qui sera versée le sera au holding familial SWH, actionnaire majoritaire, qui souhaite vendre ses parts à Saint-Gobain. Le groupe français pourra ainsi jouir de 52% des droits de vote de Sika avec seulement 16% des parts de l’entreprise.

 

Open Letter to Pierre-Andre de Chalendar From Sika Senior Managers 13.10.15

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X