Immobilier

Pourquoi les bailleurs sociaux vont délaisser la Vefa

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Logement social - Maîtrise d'ouvrage

Malgré la satisfaction des bailleurs sociaux concernant la vente en l’état futur d’achèvement, la plupart d’entre eux envisagent d’en réduire la part dans leur production. Les raisons à travers trois opérateurs HLM.

Les bailleurs sociaux apprécient tellement la vente en l’état de futur achèvement (Vefa), qu’elle représente plus d’un quart des logements sociaux livrés en 2014, signale la revue Eclairages de mai 2015 publiée par la Caisse des dépôts. Mais pour certains acteurs HLM, sa part dépasse largement cette estimation. « En 2014, elle représentait 51% de l’ensemble de nos projets de développement », calcule Yves Laffoucrière, directeur général d’Immobilière 3F (205 273 lots gérés).

 

Pas plus de 40% de Vefa chez Immobilière 3F

 

La production privée participe à l’atteinte des objectifs annuels, permet de s’implanter dans des communes à fort potentiel où le foncier est cher… Si elle présente des atouts non négligeables (voir encadré ci-dessous), une grande partie des bailleurs sociaux souhaite tout de même la consommer avec modération. « Je ne souhaite pas que cela devienne le mode de production majoritaire pour conserver mes équipes en maîtrise d’ouvrage directe et mieux maîtriser nos livraisons, signale Yves Laffoucrière. Quand le marché se détériore, la production de logements se bloque. En 2014, 1 400 habitations...

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X