Entreprises de BTP

Pourquoi la CAPEB multiplie-t-elle les partenariats avec les industriels ?

Mots clés : Artisanat - Distribution - Eclairage - Entreprise du BTP - Information - communication - événementiel - Politique énergétique - Produits et matériaux

Depuis  2011, la Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (Capeb) a signé une quinzaine de conventions de partenariat avec des industriels, négociants, distributeurs spécialisés, banque, autour des travaux d’économie d’énergie et des ECO Artisans. Une multiplication des accords qui sous- entend des échanges d’informations.  Jean-Marie Carton, premier Vice-Président de la Capeb, spécialiste des questions du Grenelle, apporte un éclairage.

Vous accélérez depuis début 2012 les signatures de partenariats avec les industriels et négociants/distributeurs spécialisés de tous secteurs d’activités (1). Quelle est votre logique ?

 

L’idée d’origine est partie avec le lancement de notre marque ECO Artisan et des nombreux échanges que nous avions avec les industriels, qui s’interrogeaient sur la façon d’aider les artisans à répondre aux enjeux de la performance énergétique. Parallèlement, les industriels, négociants et distributeurs recherchent auprès de nous à acquérir une meilleure connaissance en ce qui concerne la rénovation énergétique. C’est donc avant tout un partage d’informations et de savoir-faire qui se concrétise en actions. La filiale à 100% de la CAPEB, Béranger Développement, sous la responsabilité de jean-Manuel Neves a été créée entre autre pour promouvoir la marque ECO Artisan mais aussi animé  ces partenariats.

 

Quelles sont les actions menées ?

 

D’une manière générale, les industriels proposent des solutions spécifiquement conçues pour la réalisation de rénovations énergétiques performantes et adaptées aux chantiers des entreprises artisanales. Les ECO Artisans en sont les premiers bénéficiaires. Parallèlement, ils s’engagent à assurer la promotion de la marque ECO Artisan, de l’offre commerciale ECO Rénovation ainsi que de la formation FEE Bat. Ces actions forment le socle de ces partenariats, mais chacun peut y ajouter d’autres éléments sur la base d’une problématique commune. Par exemple, sur le thème de la santé/sécurité, nous avons travaillé avec Knauf  pour diffuser l’information plus largement aux entreprises artisanales du bâtiment, en élaborant une application smartphone téléchargeable gratuitement. Dans le même esprit, nous réfléchissons actuellement avec Velux sur l’étiquetage de leur emballage qui soit le plus adapté aux artisans ou avec Leborgne sur l’utilisation de ses outils et ses améliorations auprès des entreprises artisanales du bâtiment.

 

Les Certificats d’Economies d’Energie (CEE) tirent-ils ces partenariats ?

 

Les Certificats d’Economies d’Energie ne sont pas un critère d’entrée dans ce club informel des partenaires. Mais les entreprises artisanales du bâtiment sont et seront de plus en plus impactées par le dispositif CEE et ce, quel que soit le métier considéré. Béranger Développement a développé avec les obligés GDF Suez et Total des partenariats permettant non seulement de négocier des primes éthiques et de valoriser les efforts de leurs clients dans l’action de rénovation énergétique, mais également de simplifier les démarches administratives liées à la validation des CEE. Nos autres partenaires peuvent s’engager à relayer ces accords. C’est le cas du réseau de négociants BigMat ou du fabricant et distributeur de peintures Tollens qui, à travers le partenariat signé en juillet, va permettre aux peintres de se positionner sur le marché des économies d’énergie.

 

Aujourd’hui, les industriels partenaires proposent leur propre offre, avec une base commune, pensez-vous rationaliser ces offres ?

 

Nous avons récemment pensé qu’il serait judicieux et cohérent de créer une boîte à outils, dont l’objectif serait de proposer à nos adhérents des services qu’ ils ne peuvent pas obtenir seuls dans leurs entreprises. S’il est encore trop tôt pour définir son contenu, l’idée serait entre autres d’y apporter un volet de formations spécifiques. Mais tout reste à faire.

 

 

(1) Knauf, pour l’isolation, Velux, pour la fenêtre de toit, Salmson pour la boucle d’eau chaude, Aldes, pour la qualité de l’air , Leborgne, pour l’outillage à main, Viessmann, pour le matériel thermique, Dovre pour le chauffage au bois,  Tollens pour l’isolation par l’extérieure, BigMat et Sonepar pour la vente des produits .

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X