Bâtiment

Pour une majorité de professionnels, la mise en œuvre de la RT 2012 est « compliquée »

Mots clés : Information - communication - événementiel - Réglementation thermique et énergétique

Le sondage du Moniteur.fr sur la mise en œuvre e la RT 2012 a connu un franc succès. Plus de 600 personnes ont voté et 23 lecteurs ont posté un commentaire. Revue de détails. 

 

 

Le résultat est sans appel. 72% des lecteurs du Moniteur.fr (602 votants) ont répondu à la question « Comment jugez-vous la mise en œuvre de la RT 2012 ? », par « C’est compliqué »  contre 21% par « Cela fonctionne ». À noter que 7% ne voient « pas la différence ». Du côté des commentaires, la fracture est similaire, avec une majorité d’internautes (sur 23 commentaires postés) qui pestent contre l’application de la RT 2012. Les critiques négatives vont souvent dans le même sens.

Pour Enviromed, l’outil manque ainsi de simplicité, défaut que condamne aussi Jean-Philippe Donze : « D’un côté, une usine à gaz (…) que l’on a eu beaucoup de mal à faire fonctionner (si tant est qu’elle fonctionne correctement aujourd’hui), et qui donne des résultats qui sont très loin de la réalité des consommations constatées, et de l’autre, une simple feuille de calcul Excel (…) qui donne des résultats précis depuis près de 20 ans (…) ».

 Puis, comme près de 20%  des internautes qui ont commenté les résultats, il en profite pour dénoncer ce qu’il estime être « l’action des lobbies ». Construteur, un dirigeant de PME, estime pour sa part qu’il « est aussi nécessaire que les contrôles mesurant les performances à la livraison de l’ouvrage soient réels et sérieux ». Même type de préoccupation pour Bruno G qui déplore des investissements « de plus en plus chers pour des améliorations de moins en moins sensibles », ou Cyril , un éco-consultant qui regrette notamment que « la RT 2012 autorise des consommations supérieures au BBC ».

 

Une nécessaire formation préalable des acteurs

 

 

Cette réglementation thermique en satisfait pourtant certains. Par exemple, pour Vinçon Peter, « après quelques problèmes de stabilité les premiers mois, nous arrivons sur un moteur quasi stabilisé lors des mises à jour. Il est parfois difficile d’atteindre le niveau demandé pour le Coefficient Bbio, mais il n’est pas nécessaire de mettre des sur-épaisseur d’isolant. Une conception plus intelligente de l’orientation, des qualités de menuiseries installées, nous y arriverons sans trop de difficultés. »

Même son de cloche chez l’énergéticien arnaud : « La RT2012 demande de l’intelligence à la conception, demande de la réflexion sur les équipements, garantie l’introduction EnR en maison individuelle, bref garantie la performance énergétique à un cout maitrisé (à condition de se poser les bonnes questions). Je vote pour ! » L’architecte Giron estime quant à lui que pour être efficace, « une réforme nécessaire comme la RT 2012 devra être précédée de la formation préalable des acteurs –architectes et ingénieurs – et par extension des professionnels sur le terrain. » Il est décidément difficile de les départager.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X