Réalisations

Pour le Pavillon circulaire, les déchets des uns sont les ressources des autres

Les architectes Nicola Delon et Julien Choppin ont imaginé dans le cadre de la COP 21 ce petit bâtiment dont le processus de fabrication a suivi les principes de l’économie circulaire.

En Ile-de-France, 75% des déchets proviennent du BTP. Et la construction de 1 m2 de logement collectif génère 13 kg de déchets. Qui plus est, tous les jours, le service des encombrants de la Ville de Paris ramasse des dizaines et des dizaines de pièces de mobilier. Pourquoi ne pas redonner vie à ces ressources en les réutilisant pour construire à nouveau ?

C’est l’idée qu’ont voulu concrétiser les architectes Nicola Delon et Julien Choppin en construisant, sur le parvis de l’Hôtel de ville de Paris, le Pavillon circulaire. Une expérimentation architecturale autour du réemploi de matériaux de construction. « Il nous a fallu d’abord trouver un gisement de matière », raconte Julien Choppin. « Alors nous sommes allés fouiller dans les stocks de la Ville de Paris (qui soutient l’opération, ndlr), nous avons listé les opérations de réhabilitation de la Ville et récupéré tout ce que nous avons pu. »

 

Elément le plus marquant de ce Pavillon qui se pose en démonstrateur du réemploi – « et pas en modèle de construction ou en catalogue de solutions » insiste Julien Choppin – : la façade, constituée de 180 portes en chêne, assemblées suivant un motif à chevrons, qui proviennent d’une opération de réhabilitation d’un immeuble de logements HLM, dans le XIXe arrondissement. « L’architecture ne devait pas être les dernier maillon de la chaîne », explique Nicola Delon. « L’esthétique avait son importance : ce n’est pas parce que nous réutilisons des matériaux qu’il faut donner un aspect « poubelle ». Mais le dessin général a été influencé par les dimensions des portes ».

 

Réemploi et emploi

 

Construit en cinq semaines par 70 ouvriers de la Ville de Paris (seules la charpente et l’étanchéité ont été réalisées par une entreprise extérieure), le bâtiment de 70 m2 n’a pas oublié d’être performant énergétiquement, se rapprochant des valeurs d’un bâtiment BBC.

Les deux hommes espèrent enfin que cette démarche expérimentale avec l’accès à de nouveaux gisements permettra la création d’une nouvelle filière et de nouvelles relations entre les acteurs du bâtiment. « Il y a une innovation constructive qui fait appel a des savoir-faire spécifiques, il y a donc des gens à former, des emplois à créer. Et puis il ya des emplois à réinventer : le démolisseur pourrait se muer en déconstructeur puis en récupérateur. Ca donnerait en plus une toute autre valeur à son travail » estime Nicola Delon.

Installé comme un lieu convivial d’échange et de rencontre, le Pavillon circulaire quittera le 6 janvier le parvis de l’Hôtel de ville pour gagner la porte d’Orléans dans le 14e arrondissement pour devenir le club house d’une association sportive.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X