Culture

Point de vue – « Vers un nouveau modèle d’hôpital »

Mots clés : Architecte - Établissements de soins - Risque sanitaire

Comment sortir du concept « d’hôpital machine » pour créer un nouveau modèle d’établissement centré sur le patient, moins anxiogène, tout en maintenant le haut niveau de technicité d’un équipement de santé? Les architectes Jean-Philippe Pargade et Caroline Rigaldies, spécialistes du sujet, s’emparent de la question.

La révolution numérique envahit notre quotidien et s’impose dans le domaine hospitalier. Le concept d’ « hôpital numérique » révolutionne les pratiques au sein même des établissements de santé et donc l’organisation, voire l’architecture de l’hôpital. Historiquement, depuis le XIX siècle avec la création du modèle pavillonnaire (Lariboisière est le premier construit sur ce modèle), l’hôpital hygiéniste est conçu à l’intérieur d’une enceinte close comme une « machine à guérir », à l’image des prisons « machines à punir ». Durant les dernières décennies, l’hôpital tente de s’humaniser sans vraiment renouer son lien avec la ville. Car face à l’augmentation des besoins de santé, l’hôpital s’est rationalisé pour répondre aux mutualisations des fonctions hospitalières et éviter la dispersion des soins. Il se renouvelle avec l’émergence d’un nouveau modèle organisé en plateau qui offre une très grande liberté d’adaptation et une économie maîtrisée, à l’opposé des dispositions centrées sur des grandes « rues galerie intérieures » et des « atriums » monumentaux en verre. Amené à croître pour accueillir de nouvelles activités, l’hôpital s’implante en périphérie des villes, au cœur des bassins de population, niant parfois la réalité physique et culturelle des territoires. Sa démesure devient anxiogène, ses espaces publics sont envahis de parcs de stationnement.

 

Machine à soigner

 

Comme architectes, mais aussi comme observateurs, notre sentiment est que les récentes évolutions de l’hôpital motivent de nouvelles transformations, remettent en question les modèles actuels d’organisation. Elles conduisent à replacer le patient au cœur de la conception de l’hôpital. Les progrès de la médecine mettent le bien-être du patient au premier plan. En effet, la chirurgie, de moins en moins invasive, permet de diminuer le nombre d’interventions nécessitant une hospitalisation, au profit d’actes réalisés dans la journée. Les soins et la chirurgie en ambulatoire se généralisent. La précision des actes médicaux et les réhabilitations précoces après chirurgie restreignent aussi la durée de séjour, en permettant de dissocier les besoins de soins de ceux d’hébergement. Par ailleurs, le développement de l’hospitalisation à domicile et de la télésurveillance accompagnée d’une simple visite à l’hôpital en soins de suite amène à replacer l’hôpital au cœur de la cité. L’hôpital n’est plus sanctuarisé : ouvert, librement parcouru, proche des habitants, c’est un lieu dans lequel on est de plus en plus sensible aux conditions d’accueil.

 

Psychologie des lieux

 

Le concept d’ »hôpital numérique » constitue une révolution majeure. Peut-il réintroduire...

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X