Aménagement

Point de vue – « Ne recentralisez pas l’aménagement public francilien », par Hervé Marseille

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Economie mixte - Etat et collectivités locales - Gouvernement

A l’automne, le Premier Ministre annonçait un plan de mobilisation pour le logement en Ile-de-France. Cinq mois plus tard, les Entreprises publiques locales (EPL) franciliennes s’inquiètent du projet de création d’une opération d’intérêt national (OIN) par la voix d’Hervé Marseille, Président de leur fédération régionale, maire de Meudon et vice-président du Sénat.

Le logement est une préoccupation majeure des responsables locaux, confrontés quotidiennement aux attentes et besoins des populations qui les ont élus. C’est pourquoi, depuis plus de 50 ans, les territoires se sont dotés d’opérateurs de proximité en créant des sociétés d’économie mixte (Sem) et des sociétés publiques locales (SPL) pour réaliser leurs projets. Sous l’impulsion des collectivités locales, les EPL d’aménagement sont aujourd’hui le premier aménageur public de la région capitale avec la production de 45 000 logements entre 2010 et 2013, et 70 000 nouveaux logements prévus d’ici 2017.

On vient nous expliquer que l’Etat s’occuperait de tout sur plus d’une trentaine de sites sur lesquels des projets sont d’ores et déjà en cours à l’initiative des collectivités avec l’appui de leurs Epl. Demain, le préfet viendrait se substituer au maire en délivrant les permis de construire, et l’AFTRP – estampillé Grand Paris Aménagement – aux EPL. Les élus ne comprennent pas ce déni de démocratie et cette volonté recentralisatrice !

Avec Grand Paris Aménagement, autant dire « big is beautiful », mais les élus le savent bien : l’aménagement urbain et la construction de logements sont avant tout une affaire de proximité.

La Fédération régionale des EPL Ile-de-France met en garde le Gouvernement : une OIN est une procédure administrative lourde et un établissement public d’aménagement à l’échelle de 12 millions d’habitants, un paquebot difficile à manœuvrer et déconnecté du terrain. Pourquoi vouloir créer une usine à gaz et risquer de fragiliser les opérateurs historiques de l’aménagement public francilien qui ont su démontrer leur performance et qui entretiennent des relations de confiance avec leurs collectivités actionnaires ?

Ne cassez pas ce qui fonctionne aujourd’hui. Les objectifs ambitieux assignés au Grand Paris en termes de production de logement ne seront pas atteints sans la mobilisation des collectivités locales et de leurs Entreprises publiques locales. Accompagnez les collectivités à construire, ne tentez pas de le faire à leur place !

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X