Qualité/Sécurité

Plan R&D amiante : trois appels à manifestation d’intérêt

Mots clés : Bâtiment et santé - Gestion des déchets - Innovations

Le Plan Recherche et Développement Amiante annoncé fin 2014 et créé l’été dernier lance des appels à manifestation d’intérêt auprès des professionnels pour recenser les pistes d’innovation en diagnostic, traitement sur le chantier et gestion des déchets d’amiante.

 

Le Plan Recherche et Développement Amiante (PRDA), annoncé par la ministre du logement Sylvia Pinel en décembre 2014 et lancé le 30 juin 2015 pour une durée de trois ans avec un budget de 20 millions d’euros, est désormais pleinement opérationnel. Il a démarré plus tard que les deux autres plans annoncés le même jour par la ministre : le Plan transition numérique dans le bâtiment (PTNB) et le Programme d’action pour la qualité de la construction et la transition énergétique (Pacte) qui poursuit les travaux du programme Rage 2012 de modernisation des règles de l’art dans la construction. Mais son président Alain Maugard (président de Qualibat), appuyé par un secrétariat technique assuré par le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB), compte bien rattraper le retard et vient de lancer trois appels à manifestation d’intérêt (AMI).

 

Réduire les coûts et les délais liés à la présence d’amiante

 

Rappelons que le PRDA a pour objectif de faire émerger et d’amener à maturité des méthodes et des techniques innovantes permettant de réduire les coûts et les délais liés à la présence d’amiante dans les bâtiments, et ainsi de lever un frein à leur rénovation énergétique, notamment mis en évidence dans les immeubles de logement social. Le plan comprend deux axes prioritaires : d’une part améliorer la détection et la mesure de la concentration d’amiante pour gagner en fiabilité et en rapidité, d’autre part améliorer la gestion des opérations sur les chantiers amiantés pour réduire les coûts et les délais tout en limitant l’exposition et la pénibilité pour les travailleurs.

Les trois AMI lancés le 16 octobre doivent recenser les innovations et les pistes d’innovation existantes allant dans le sens des deux axes du PRDA. Il s’agit d’identifier des solutions prometteuses à court terme, qui ne demandent que le coup de pouce du PRDA pour prendre leur envol ; mais aussi de présélectionner des méthodes en cours de développement pour les futurs appels à projets lancés en 2016 dans le cadre du PRDA ; et enfin de repérer des pistes de recherche et développement à encourager pour des débouchés à plus long terme.

 

Détection et mesure, traitement sur le chantier, gestion des déchets

 

Le premier appel à manifestation d’intérêt porte sur la détection et la mesure de l’amiante dans les bâtiments. Il s’agit entre autres de développer et tester des appareils de mesure in situ et en temps réel. Alain Maugard évoque le secteur du nucléaire où chaque opérateur est équipé d’un appareil de mesure lui indiquant à tout moment son taux d’exposition à la radioactivité.

Le deuxième AMI concerne la gestion des opérations de travaux et des interventions dans les bâtiments en présence d’amiante. Il attend par exemple des propositions de procédés d’inertage in situ ou de désamiantage permettant d’éloigner, voire d’isoler, les surfaces à traiter des travailleurs pour limiter l’exposition de ces derniers : des robots, des exosquelettes, des caissons à manches, des caissons hypobares, des hydrojets… Mais aussi des techniques permettant de limiter les émissions de fibres d’amiante lors d’interventions sur des matériaux amiantés (perçage, ponçage, découpage, nettoyage…)

Enfin, le troisième AMI s’intéresse à la collecte et à l’élimination des déchets amiantés, voire à leur valorisation.

 

Appels à projets en 2016

 

Les trois AMI s’adressent à tous types de structures – personnes individuelles, PME, laboratoires, groupements… –  qui ont deux mois pour se manifester sur la plate-forme Internet du PRDA : www.plateforme-prda.fr. « Un serveur sécurisé assure la confidentialité des dossiers déposés », tient à souligner Charles Motzkus, chargé de mission au secrétariat technique du PRDA.

Après la clôture des appels à manifestation d’intérêt, le 18 décembre à 12 heures, le comité de pilotage du Plan R&D amiante s’appuiera sur ce recensement pour élaborer les cahiers des charges d’appels à projets qui seront lancés au cours du premier semestre 2016. Cette seconde étape permettra de sélectionner les projets les plus prometteurs répondant aux axes prioritaires du plan. Pour lancer ces appels à projets, le PRDA sera également aidé par les résultats d’une étude à lancer prochainement pour recenser les bonnes pratiques dans le spays étrangers confrontés aux mêmes problèmes de désamiantage des bâtiments (Europe, Amérique du Nord, Japon, Corée du Sud).

 

Un « Titre V » du désamiantage

 

Par ailleurs, trois groupes de travail ont été créés au sein du PRDA. L’un d’eux, animé par Christian Cochet, du CSTB, devra établir un référentiel d’évaluation des méthodes de mesure ou de traitement pour que des procédés jusqu’alors non pris en compte par la réglementation soient acceptés sur les chantiers par tous les inspecteurs du travail : un dispositif équivalent au « Titre V » de la RT 2012 qui permet à des techniques nouvelles d’être intégrées dans le moteur de calcul de la réglementation thermique. Alain Maugard espère la mise en place d’un comité d’évaluation mi-2016.

Les deux autres groupes de travail sont respectivement consacrés aux thèmes relevant de la sous-section 3 de la réglementation sur la protection des travailleurs exposés à l’amiante (travaux de retrait ou d’encapsulage d’amiante) et à la sous-section 4 (intervention sur des matériaux susceptibles de dégager une émission de fibres d’amiante). Ils sont animés respectivement par François Brassens, représentant de l’ingénierie, et José Faucheux, représentant les entreprises.

Enfin le PRDA pourra collaborer avec les plans PACTE et PTNB. Avec le premier pour élaborer des règles de l’art dans le cadre des sous-sections 3 et 4. Avec le second pour intégrer dans la maquette numérique d’un bâtiment la localisation de l’amiante et la mettre à jour au fil des interventions et opérations de désamiantage.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X