Entreprises de BTP

Plan Bâtiment Durable : l’heure de la maturité

Mots clés : Démarche environnementale

La 18ème assemblée générale du Plan Bâtiment Durable, le 13 avril, a permis de faire un tour d’horizon des actions menées. Et l’après-midi dédiée a à peine suffi tant les thèmes abordés ont été féconds. Preuve une nouvelle fois que le PBD mérite sa réputation de catalyseur pour faire avancer les idées.

18ème assemblée générale et le chiffre « 18 » significatif dans notre organisation républicaine, puisque c’est le seuil de la majorité. « Le Plan Bâtiment Durable a acquis l’âge de la majorité, a lancé Philippe Pelletier, son président. Nous sommes dans une très forte consolidation des actions entreprises, tant sur le plan réglementaire que sur celui du législatif (ndlr : le projet de loi sur la transition Energétique, par exemple, est en adéquation avec les travaux du Plan Bâtiment Durable, de nombreuses dispositions trouvant leur origine dans des concertations du PBD) ; le plan de lutte contre la précarité porte ses effets, ce qui nous fait craindre le manque de financements. Nous voyons aussi que nous arrivons pas à pas à nous développer en région ». Les sujets évoqués par Philippe Pelletier en préambule de l’ouverture de cette réunion qui rassemblait quelque 200 personnes ne sont qu’une partie de tous les travaux entrepris. « Aujourd’hui, la majorité fait du PBD un mouvement bien engagé qui doit continuer à avancer mais les fondamentaux sont en place », a conclu le président avant de passer en revue tous les pans de l’activité. Une activité riche en sujets d’actualité.

 

Bâtiment responsable 2020

 

Depuis son lancement en 2011, le groupe de travail RBR 2020-2050 a publié trois rapports. Dans son 3ème rapport rendu fin septembre, il plaide pour l’élaboration d’un ou de plusieurs labels et indicateurs de performance du bâtiment de demain et présente quelques lignes directrices qui sont des orientations sur des thématiques clés du bâtiment responsable 2020. Parmi ces grandes orientations : élargir le champ de vision au-delà de l’efficacité énergétique : se préoccuper non seulement de l’énergie positive, mais aussi la santé et le confort ; d’autres critères tels que le cycle de vie, l’empreinte carbone, la biodiversité, le lien entre le bâtiment et le territoire. L’objectif affiché est de mettre en mouvement tous les acteurs au plus vite dans cette démarche bâtiment.

Depuis fin 2014, le groupe de travail a segmenté sa réflexion en sous-groupes thématiques : réseaux, photovoltaïque et système électrique ; bâtiments bas carbone ; usages et modes de vie ; indicateurs économiques et valeur ; innovation, numérique et objets connectés ; mutabilité et ville adaptable. Chaque sous-groupe est chargé de rédiger des notes thématiques, qui seront soumises au débat collaboratif de la filière, pour ensuite, une fois amendées, être publiées.
« Le PBD a l’ambition de peser fort sur la future réglementation bâtiment responsable de 2020 », a précisé Philippe Pelletier.

A lire : Des pistes pour le « bâtiment responsable » de 2020 et au-delà

 

Numérique et formation via les MOOC

 

En décembre dernier, dans la continuité du rapport « Rénovation Energétique et Filière Bâtiment » conduit par Sabine Basili et Ingrid Nappi-Choulet, l’Ademe et le PBD ont initié une étude participative sur les « MOOC » (apprentissage par l’utilisation du numérique et des réseaux sociaux). L’objectif de l’étude est de soutenir la dynamique, en encourageant l’émergence de MOOC sur des sujets considérés comme essentiels pour la filière et en facilitant l’émergence d’une plateforme numérique, permettant de regrouper ces MOOC sur le bâtiment durable. Une communauté dédiée a été créée sur le réseau Construction21 et les productions sont progressivement mises en ligne. Lors du premier « MOOCamp » dédié au bâtiment durable (le 3 mars), quatre projets ont été sélectionnés et ont fait l’objet d’un travail collaboratif : le BIM pour tous (intitulé « bim go »), introduction au label RGE (qui s’est transformé en « mon projet de rénovation » pour les particuliers), projet de rénovation BBC, utilisateurs éco-responsables.

A lire : Les MOOCs bâtiment durable dans les starting blocks

 

Le plan de transition numérique du bâtiment

 

Missionné à l’été 2014 par la ministre du Logement pour généraliser le recours aux outils numériques par l’ensemble des acteurs à l’horizon 2017, Bertrand Delcambre a remis son rapport fin 2014 et conduit depuis le plan de transition numérique dans le bâtiment, financé à hauteur de 20 millions d’euros. L’action s’organise autour d’un comité de pilotage réunissant pouvoir publics et organisations professionnelles et d’un comité technique animé par le CSTB. Un projet de feuille de route opérationnelle est en cours de définition afin de lancer des projets avant l’été. Cinq groupes de travail ont été mis en place : mobilisation de la maîtrise d’ouvrage, analyse des retours d’expérience, soutien à la normalisation IFC ; expérimentation de la norme PP BIM (NF XP P07 150) et outils et méthodes pour la numérisation de l’existant. Ces groupes de travail vont mettre au point les cahiers des charges pour des projets à lancer avant le 30 juin 2015.

A lire : Le Plan Transition Numérique dans le Bâtiment lance ses premiers travaux

 

Bâtiment et biodiversité



Les réflexions portées par le groupe de travail RBR 2020-2050 affirment l’importance de dépasser le paramètre énergétique et d’ouvrir le bâtiment à une dimension environnementale, intégrée dans l’espace urbain. C’est dans ce contexte que la relation entre bâtiment et biodiversité est régulièrement posée. Fin 2014, le PBD a lancé un groupe de travail dédié, chargé de promouvoir l’importance de ce thème auprès de l’ensemble des acteurs des filières du bâtiment, de l’immobilier et de l’énergie et d’élaborer une cartographie des démarches qui s’intéressent aux liens entre bâtiment et biodiversité. A travers de nombreuses contributions, le groupe de travail a choisi de segmenter sa réflexion en trois sous-groupes thématiques : la biodiversité à l’échelle de la ville (in situ) ; la biodiversité à l’échelle du bâtiment (in situ) ; la biodiversité grise (ex situ).

A lire : Biodiversité : un nouvel enjeu pour le bâtiment et la ville

 

La rénovation énergétique des bâtiments tertiaires publics et privés

 

La charte volontaire pour l’efficacité énergétique des bâtiments tertiaires publics et privés, lancée depuis 18 mois environ, compte 88 signataires avec un intérêt croissant de la sphère publique. Dernières signatures : Université Paris Ouest Nanterre ; centre hospitalier Alès-Cévennes, TPE membres de clusters, Union Investment, APROMA, région Rhône-Alpes, etc.  Un second rapport de suivi de la charte, qui sera publié fin mai, met en lumière les retours d’expérience des signataires. Il fait apparaître l’importance d’inscrire ce sujet dans une conduite du changement et celle d’un processus managérial fort, gage de réussite.

A lire : Efficacité énergétique: l’expérience du tertiaire au service du futur décret sur l’obligation de travaux

Le décret sur l’obligation des travaux de rénovation énergétique n’est toujours pas paru, mais le PBD entend bien, si le décret sort, faire en sorte que « le droit soit le reflet du fait ». « La charte permet de renseigner l’Etat sur la vraie vie mise en oeuvre dans le parc tertiaire, indique Philippe Pelletier. C’est une œuvre utile qui a en outre permis de sortir de la léthargie certains acteurs ».

Autre actualité : l’obligation (par décret) pour les entreprises de plus de 250 personnes ou celles dont le chiffre d’affaires annuel excède 50 M€ ou le total de bilan dépasse 43 M€ de réaliser un audit énergétique de leurs activités avant le 5 décembre 2015, et à le renouveler tous les 4 ans. Pour toutes les grandes entreprises, ce texte est d’une extrême importance et va pour nombreuses d’entre elles, constituer le point de départ de la stratégie de rénovation énergétique.

Toutefois, certaines voix s’élèvent pour signaler le manque d’équivalence et de reconnaissance des audits et actions engagées. Le PBD a donc décidé d’organiser une réunion d’échanges entre les professionnels et l’administration pour avancer sur ce sujet.

 

Lutte contre la précarité énergétique

 

En 2015, l’Agence nationale de l’habitat (Anah) dispose d’un budget de 625 Millions d’€ (dont 123 M € de FART). Ce seront ainsi près de 73 000 logements qui seront réhabilités, dont 45 000 au titre de la rénovation énergétique. Il vise à aider, d’ici 2017, 300 000 ménages à sortir de la précarité énergétique en les accompagnant dans la définition, le financement et la réalisation des travaux de rénovation énergétique de leur logement. 2014 a été marquée par une très forte montée en puissance de la lutte contre la précarité énergétique. Près de 50 000 logements ont été rénovés en 2014 grâce au programme Habiter Mieux. Depuis le début du programme, ce sont plus de 100 000 logements qui ont été aidés. « Cependant, au même titre qu’à l’été 2014, nous sommes inquiets sur la pérennité des financements du programme et sur la disponibilité d’une enveloppe suffisante pour répondre aux nombre de dossiers à financer, s’élève le président du PBD. Quelques difficultés apparaissent déjà dans certaines régions et nous avons redit récemment notre inquiétude aux pouvoirs publics ».

Rappelons que le Premier ministre a annoncé la semaine dernière, dans le cadre du programme de soutien à l’investissement, que le budget de l’Anah serait renforcé de 70 millions en 2015 (atteint un budget de 536 millions en 2015) pour ainsi permettre de venir en aides à 50 000 ménages. Pour autant, Philippe Pelletier estime que « cette somme ne soit pas suffisante, car le mouvement est en marche ».

A lire : Rénovation énergétique pour les ménages modestes : le bug

 

Rénovation énergétique des copropriétés

 

Le 24 mars dernier, syndics professionnels et réseaux de syndics ont signé la charte de mobilisation en faveur de la rénovation énergétique des logements en copropriété, initiée par le Plan Bâtiment Durable, avec le concours de l’Agence Parisienne du Climat. C’est ainsi plusieurs centaines d’agences qui sont concernées, gérant plusieurs millions de logements. Cette signature des syndics professionnels constitue le second volet d’un mouvement initié fin 2014. En effet, en décembre 2014, le Plan Bâtiment Durable avait favorisé la mobilisation des fédérations et organisations professionnelles par la signature du premier volet dans lequel les organismes collectifs s’engageaient à promouvoir l’efficacité énergétique auprès de leurs membres et à mettre à disposition leurs outils et des formations adaptés pour favoriser la rénovation des copropriétés.

Sur la question du financement, l’éco-PTZ collectif est presque opérationnel, mais il reste à paraître un décret qui rassemble les avenants entre l’Etat et les banques. « Il faut donner à ce dispositif, qui s’arrête fin 2015,  la chance de vivre », indique Philippe Pelletier. La demande est claire : que l’éco-PTZ collectif soit prolongé au-delà de 2015. Et il faut faire vite, car le dispositif n’est toujours pas distribué par les banques. L’annonce récente faite par Sylvia Pinel sur le développement de l’éco-PTZ en direction des copropriétés avec les banques et les syndics, pour financer les travaux énergétiques des logements laisse supposer que le dispositif serait pérennisé au-delà de 2015 et que sa mise en œuvre sera facilitée (ndlr : selon nos informations, il devrait être inscrit dans le PLF).  

A lire : Les syndics professionnels s’engagent pour la rénovation énergétique des copropriétés

Sur le modèle de la charte pour le parc tertiaire,  un « club de la rénovation énergétique en copropriété » sera constitué et regroupera les signataires de la charte afin qu’ils échangent de bonnes pratiques et expériences et participent à l’élaboration collective d’outils ou de documents pédagogiques.

 

La qualification RGE

 

L’entrée en vigueur de l’éco-conditionnalité a considérablement permis la montée en puissance du dispositif RGE. A ce jour, près 40 000 entreprises sont qualifiées RGE ; 14 000 nouvelles demandes sont comptabilisées depuis le 1er janvier, ce qui équivaut à un rythme de  5000 par mois.

Mais comme tout dispositif qui connait une accélération, il connait des difficultés sur le territoire. Pour répondre à l’engorgement des demandes et à la complexité de l’accès à la qualification, plusieurs actions de simplification sont menées.

A lire : RGE : 7 nouvelles mesures de simplification et RGE : des réponses face à l’engorgement des demandes de qualification

Malgré ces avancées, pour le PBD,  ces actions ne sont pas suffisantes face à l’incompréhension sur le territoire et il faut engager un travail de fond pour que la qualification RGE soit vécue comme une opportunité et non pas comme une contrainte réglementaire supplémentaire. Le PBD a promis de s’employer à donner au RGE une tonalité positive.

 

Le déploiement régional du Plan Bâtiment Durable

 

Le PBD s’estime satisfait de sa déclinaison sur le territoire. Les PBDr permettent en effet de soutenir la mobilisation collective par une concertation permanente. Certaines régions ont clôturé leurs groupes de travail en 2014 (par exemple Bretagne, Aquitaine) après plus d’un an et demi de travail collectif. D’autres connaissent une activité effervescente actuellement (par exemple Rhone-Alpes, Centre, Franche-Comté, Basse-Normandie).

Le réseau inter-clusters quant à lui poursuit son développement et cherche, à travers différentes initiatives, à renforcer son mode de fonctionnement coopératif et la mise en commun d’outils.
Les prochaines Universités, rebaptisées par Philippe Pelletier Congrès du bâtiment durable, se dérouleront les 9, 10 et 11 septembre 2015 à la Rochelle et seront organisées par le cluster Eco-Habitat sur le thème de la rénovation énergétique (innovation avec une visite de la plateforme bâtiment énergie TIPEE et le numérique dans le bâtiment).

A lire : Universités d’été inter-clusters à Lille : bouillonnement d’initiatives dans l’éco-construction

 

Et demain ?

Jamais à court d’idées, le PBD entend lancer de nouveaux chantiers, parmi lesquels les leviers à la décision de  rénovation énergétique.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X