Entreprises de BTP

Plainte contre X et enquête de l’Autorité des marchés financiers après le « faux communiqué de Vinci »

Mots clés : Entreprise du BTP

Le groupe de BTP et concessions Vinci a « démenti formellement » les allégations diffusées dans un faux communiqué de presse qui a fait chuter son titre en Bourse mardi 22 novembre, et annoncé son intention de déposer une plainte contre X. De son côté, l’Autorité des marchés financiers, le gendarme français de la Bourse a lancé une enquête.

Un faux communiqué qui a tout l’air d’un vrai, une information forte et le relais de l’une des grandes agences de presse économiques mondiales, voilà tout ce qu’il a fallu à des pirates pour provoquer mardi 22 novembre la panique autour du titre Vinci à la bourse de Paris (voir Focus).

Ce communiqué mensonger, envoyé à plusieurs médias dont l’AFP, annonçait que Vinci avait licencié son directeur financier après avoir découvert d’énormes erreurs d’écritures comptables, relatives à ses exercices 2015 et du premier semestre 2016, portant sur quelque 3,5 milliards d’euros.

A la suite de la publication par Bloomberg à 16h15 de cette fausse information,  l’action a fortement dévissé, perdant plus de 18%. Le titre a été suspendu, avant de reprendre sa cotation environ 30 minutes après. Il est resté dans le rouge jusqu’à la fin de la séance, terminant en repli de 3,76% à 58,80 euros, tandis que le marché grappillait 0,41%.

« Un faux communiqué de presse Vinci a été publié par Bloomberg le 22 novembre à 16h05 », a fait savoir le groupe dans une brève déclaration mise en ligne sur son site. « Vinci dément formellement l’ensemble des « informations » figurant dans ce faux communiqué et étudie toutes les actions judiciaires à donner suite à cette publication », conclut-il.

 

Le gendarme français de la Bourse entre en lice

 

Dès mercredi, le géant du BTP a a annoncé, dans un communiqué, son intention de déposer une plainte contre X, et a  tenu à rassurer : selon des investigations menées en interne, il n’a « pas été victime d’un piratage informatique mais d’usurpation d’identité », avec la création de fausses adresses mail au nom de responsables du groupe ainsi que d’un faux site internet.

Et après que Vinci a déclaré son intention de saisir l’Autorité des marchés financier, le gendarme français de la Bourse s’est mis en action. « L’Autorité des marchés financiers considère qu’il s’agit d’un grave dysfonctionnement du marché », a affirmé l’autorité dans un communiqué publié le 23 novembre, ajoutant « qu’il s’agit de diffusion de fausses informations qui conduisent l’AMF à mener des investigations » et à « vérifier qui pourrait en avoir tiré profit via une possible manipulation de cours ».

 

 

Focus

Un après-midi fou

16h05 : diffusion du premier faux communiqué aux rédactions.

16h06-16h07 : les agences Bloomberg et Dow Jones reprennent des éléments du faux communiqué.

A partir de 16h10 : le porte-parole du Groupe dément les fausses informations auprès des agences de presse. Ce démenti officiel est immédiatement repris par les agences.

16h15 : la cotation est suspendue après une baisse de plus de 18% du cours de bourse.

16h19 : la cotation de l’action reprend et le cours remonte à un niveau proche quoique inférieur à celui constaté avant la diffusion du premier faux communiqué.

16h27 : diffusion du deuxième faux communiqué de démenti partiel.

16h49 : VINCI publie un démenti écrit sur son site internet.

17h02 : diffusion du démenti écrit (à l’AMF, aux marchés financiers, à la presse).

17h15 : le directeur juridique du Groupe appelle l’AMF.

17h35 : diffusion du troisième et dernier faux communiqué de « pseudo-revendication ».

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X