Industrie/Négoce

Plafonds acoustiques : Armstrong boucle un investissement de 25 M$ dans le Doubs

Mots clés : Bruit

Le nouvel outil de production qu’Armstrong vient de démarrer à Pontarlier est dédié aux plafonds acoustiques en voile de verre, un produit qui devrait rebooster le marché et consolider son leadership dans les plafonds suspendus.

« Pontarlier est le navire amiral d’Armstrong en Europe », affirme André Boisier, directeur de l’usine de Pontarlier (Doubs), siège du groupe américain et l’un des deux sites de production en France, avec Valenciennes qui fabrique des ossatures de plafonds. Le leader européen des plafonds suspendus (chiffre d’affaires de 1,2 milliard de dollars) vient d’y boucler un investissement de 25 millions de dollars dédié aux plafonds voile de verre, des plafonds acoustiques recouverts d’une toile en fibre de verre.

« L’usine de Pontarlier permettra de produire en France la majorité des produits vendus sur le territoire national et de servir les marchés d’Europe du sud avec de meilleurs délais de livraison », expose Christophe Lloret Linares, responsable des ventes pour l’Europe continentale. En Europe, seule l’usine de Münster en Allemagne fabriquait ce type de produits. Selon l’industriel, le marché fortement concurrencé en France par la plaque de plâtre, stagne autour de 20 millions de mètres carrés par an, mais la demande est en pleine évolution. « Les architectes et les maîtres d’ouvrage aspirent à des plafonds toujours plus blancs et lisses qui réfléchissent la lumière.» Le rôle que joue le voile de verre.

 

De plus en plus de matières recyclées

 

Aujourd’hui en phase de démarrage, la nouvelle ligne implantée dans l’usine agrandie à 36.000 m2 aura une capacité de production journalière de 16 à 18.000 m2 de dalles de plafonds. 170 salariés en cinq équipes la feront fonctionner 7 jours sur 7. Entièrement automatisé, le process est organisé sans aucune rupture de la chaîne, de la transformation du laitier de haut fourneau (résidu des fonderies) en fibres de laine de roche, jusqu’à l’atelier d’enduction des voiles de verre. Détail anecdotique, mais qui montre la volonté d’Armstrong de maîtriser toutes les étapes de la fabrication :  la peinture appliquée en finition sur les bordures des dalles est faite maison.

La nouvelle installation est également l’occasion d’amplifier l’utilisation de matières recyclées. Ce sera progressivement le cas de la laine de verre ajoutée pour ses qualités acoustiques à la laine de roche, puis des rebuts de production. Depuis longtemps déjà, le papier journal qui sert à faire une pâte avec la laine de roche pour donner forme aux panneaux bruts, provient de collectes auprès d’associations locales.

L’investissement de Pontarlier suit trois autres réalisés en 2015, pour 20 autres millions de dollars. Ils ont donné naissance à une usine de plafonds à Alabuga, en Russie, et modernisé l’outil des sites de Münster, en Allemagne et Rankweil en Autriche.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X