Entreprises de BTP

« Pentagone français » : Bouygues réclame 9 millions d’euros au « Canard Enchaîné »

Bouygues réclame neuf millions d’euros au « Canard Enchaîné » pour diffamation. L’hebdomadaire satirique avait publié des articles impliquant le géant du BTP dans d’éventuels faits de corruption concernant le chantier du futur « Pentagone français ».

Neuf millions d’euros. C’est la somme qui est réclamée par Bouygues pour diffamation. L’hebdomadaire satirique avait publié des articles impliquant le géant du BTP dans d’éventuels faits de corruption concernant le chantier du futur « Pentagone français » (voir article du 7 décembre). L’assignation vise « Le Canard Enchainé », son directeur de la publication, Michel Gaillard, et deux de ses journalistes, Hervé Liffran et Christophe Nobili. « La somme demandée est totalement délirante, a déclaré le rédacteur en chef adjoint, Louis-Marie Horeau. C’est un épouvantail. L’idée des 9 millions est de dissuader le « Canard » et tous les médias qui nous ont repris, et de semer la terreur chez les confrères. »

Bouygues a par ailleurs obtenu du tribunal de Paris l’autorisation d’assigner le journal « à jour fixe », c’est-à-dire en urgence, et l’affaire sera plaidée sur le fond le 18 janvier devant la 17e chambre, a-t-on indiqué de source judiciaire, confirmant une information de l’hebdomadaire.

Quant à l’affaire en elle-même, nous avions révélés dans ces colonnes que l’intérêt pour Bouygues de prendre connaissance du cahier des charges avant ses concurrents était réduit. En revanche, une « affaire Balard » semble bien exister. Elle concerne deux chantiers de rénovation menés à proximité (voir article du 19 décembre).

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X