Entreprises de BTP

« Pentagone à la française »: les trois majors français du BTP ont remis leurs propositions

Accompagnés par de grands noms de l’architecture, Vinci, Bouygues et Eiffage, candidats à la construction du « Pentagone à la française » qui doit ouvrir ses portes fin 2014 dans le sud de Paris, ont remis une première proposition globale de leur projet.

Accompagnés par de grands noms de l’architecture, Vinci, Bouygues et Eiffage, candidats à la construction du « Pentagone à la française » qui doit ouvrir ses portes fin 2014 dans le sud de Paris, ont remis une première proposition globale de leur projet.

« Comme prévu, le 1er février 2010, les trois groupements candidats ont remis au ministère de la Défense une première proposition globale de leur projet pour le regroupement des états-majors et des services centraux à Balard en 2015 », a annoncé vendredi le ministère de la Défense dans un communiqué.
Chaque offre va être analysée et le ministère de la Défense devra ensuite transmettre « un cahier des charges modificatif vers le 15 mai ».
Les candidats devront déposer leurs offres intermédiaires « le 1er juillet 2010 », a précisé la Défense.

Voulu comme un « grand geste architectural » par le ministre Hervé Morin, le site de Balard, dans le XVe arrondissement, doit accueillir près de 10.000 collaborateurs du ministère, des états-majors et administrations centrales.

Pour Bouygues Bâtiment Ile-de-France, l’un des trois majors français du bâtiment et des travaux publics, deux projets ont été retenus, celui de l’Agence Nicolas Michelin pour le bâtiment principal du ministère et celui de Jean-Michel Wilmotte pour les immeubles de bureaux de la « Corne Ouest ».
Les deux autres projets pré-sélectionnés couvrent l’ensemble des bâtiments. Ils ont été présentés par Foster et Partners, pour le groupe Eiffage, et Dominique Perrault, pour Vinci Concessions.
« Compte tenu de la poursuite de la compétition et du dialogue compétitif avec les trois candidats, les projets et maquettes présentés par les neufs cabinets d’architecture ne peuvent être montrés à la presse et au public avant la signature du contrat de partenariat en 2011 », avait spécifié en décembre le ministère de la Défense.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X