Entreprises de BTP

Pays-Bas : Vinci lance le forage du tunnel de Pannerdensch Kanaal

Le tunnelier du Pannerdensch Kanaal vient de creuser ses premiers mètres cubes de sable près d’Arnhem aux Pays-Bas. Ce tunnelier Herrenknecht à pression de boue (Mixshield) qui a fait ses classes dans le métro du Caire va dans les prochains mois forer deux tunnels parallèles d’une longueur de 1600 mètres et d’un diamètre de 9,805m dans des conditions techniques difficiles: contraintes environnementales et terrain délicat: passage sous les digues de crue, terrains sableux et argileux, traversée d’une sablière inondée…

Pour les ingénieurs et techniciens de Vinci c’est un joli challenge que de mener à bout ce projet d’ici juin 2004. La construction de ce double tunnel ferroviaire sous le canal du Pannerdensch (un bras du Rhin à la frontière Est des Pays-Bas) fait partie du projet Betuwe une nouvelle ligne de chemin de fer destinée au transport de marchandises entre le port de Rotterdam et la frontière allemande .

Cette ligne qui comprend également deux autres tunnels réalisés par forage (le tunnel Botlek et le tunnel Sophia) affiche une longueur de 160 km. Elle va accueillir des trains porte-containers à deux étages destinés à désengorger le port de Rotterdam.

Le contrat du tunnel de Pannerdensch d’un montant de 160 M€ a été signé le 9 décembre 1999 après une phase de négociation longue et difficile.

Le maître d’ouvrage est NS Railinfrabeheer (groupe de gestion du réseau ferré Betuwe) et les travaux sont réalisés par le groupement d’entreprises Komol qui rassemble Vinci Construction Grands projets, la société belge CFE- filiale de Vinci- et les entreprises néerlandaises TBI Beton-en Waterbau et Welling.

La longueur totale du lot s’élève à 6,3km et comporte un tunnel bitube de 1620m, portails et rampe d’accès sur 1200m et 3,3 km de remblais. Particularité de cet ouvrage le tunnel va, à ses extrémités, être pourvus de portes (des batardeaux à section carrée) destinées à éviter les inondations.

Pour Eric Paillas directeur du projet depuis deux ans et qui s’apprête à passer le témoin à Claude Moulin, ce projet présente plusieurs passages délicats liés à la nature des sols. En particulier la présence d’une sablière inondée située dans le passage. « Nous allons la remblayer en déversant par barges puis par camions 500 000 m3 de sable dans la carrière. ». L’ensemble sera vibrocompacté par des grilles de sondes et les ingénieurs de Vinci s’attendent à ce que le niveau du remblai baisse de 2 mètres sur une hauteur de 20 mètres. Le tunnelier pourra alors forer dans le remblai.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X