Profession

Paulo Mendes da Rocha, Lion d’or à Venise

Mots clés : Architecture

L’architecte brésilien sera récompensé pour l’ensemble de sa carrière à l’occasion de la 15e Biennale internationale d’architecture qui ouvrira le 28 mai prochain.

Il y a dix ans, l’architecte Paulo Mendes da Rocha recevait le prix Pritzker. En 2016, la reconnaissance lui vient cette fois de Venise.  A l’occasion de la 15e Biennale internationale d’architecture, le Brésilien a été désigné lauréat d’un Lion d’or pour l’ensemble de son œuvre. Le titre lui sera officiellement accordé lors de la cérémonie d’ouverture de la manifestation, le 28 mai prochain.

A 87 ans, Paulo Mendes da Rocha est un des personnages majeurs du modernisme brésilien et plus précisément de la branche « pauliste » du mouvement. Né le 25 octobre 1928 à Vitória, dans l’Etat d’Espírito Santo, il a en effet surtout travaillé à São Paulo, la capitale économique du Pays où sa famille avait emménagé en 1950. Diplômé d’architecture en 1954, le jeune homme a su tôt faire reconnaître son talent, notamment en livrant quelques années plus tard un gymnase, le Clube Atlético Paulistano. L’architecte a ensuite bâti une solide carrière en réalisant aussi bien des logements, des équipements scolaires qu’en établissant des plans urbains. A son palmarès apparaissent aussi des musées dont la splendide restructuration d’un des plus vieux établissements de São Paulo, la Pinacoteca do Estado.

 

Intemporalité

 

Les responsables de la Biennale de Venise, sur recommandation du commissaire de cette édition 2016, l’architecte chilien Alejandro Aravena, ont souhaité saluer aussi bien la qualité de l’œuvre que l’engagement de l’homme. « La caractéristique la plus marquante de l’architecture [de Paulo Mendes da Rocha] est son intemporalité. Plusieurs décennies après leur construction, chacun de ses projets a résisté à l’épreuve du temps, aussi bien physiquement qu’esthétiquement », explique-t-on du côté des organisateurs de la Mostra. Ceux-ci ont tenu par ailleurs à souligner le « rôle de modèle qu’il a joué pour des générations d’architectes au Brésil, en Amérique latine et au-delà». Paulo Mendes da Rocha leur apparaît donc comme un architecte engagé, capable d’inciter ses confrères à bâtir un meilleur environnement. En cela, le Brésilien ne peut qu’apparaître comme la figure tutélaire idéale d’une Biennale 2016 intitulée « Nouvelles du front » et placée sous le signe de l’engagement.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X