Entreprises de BTP

Patrick Liébus fait des propositions à Christian Eckert, Secrétaire d’État au Budget

Rencontrer des ministres en ces temps de crise pour le secteur du bâtiment n’est jamais anodin. Le rendez-vous, mardi 24 mars, avec Christian Eckert, Secrétaire d’état au Budget, a permis à Patrick Liébus, président de la Capeb, de réitérer des demandes pour relancer l’activité.

« Il est vital que le Gouvernement continue à soutenir les entreprises qui subissent un contexte économique extrêmement dégradé », c’est en quelques mots le message qu’a voulu faire passer Patrick Liébus, président de la Capeb à Christian Eckert, Secrétaire d’état au budget, auprès du ministre des finances et des comptes publics, lors d’une rencontre le 24 mars.

 

CITE jusqu’en 2017

 

Qui dit soutien, dit signal fort du gouvernement pour relancer l’activité. Le président de la Capeb, qui a dressé un tableau dégradé du secteur : « L’artisanat du Bâtiment a perdu 30 emplois par jour en 2014 ; nos carnets de commandes chutent », demande « un engagement fort de l’État sur les mesures qui ont déjà été engagées et de nouveaux moyens pour financer les travaux pour la rénovation énergétique. » Parmi ses revendications, un soutien stable et pérenne pour une plus grande visibilité, c’est à dire la poursuite jusqu’en 2017 du CITE « crédit d’impôt pour la transition énergétique » (ndlr : mesure s’arrêtant le 31 décembre 2015) qui permet d’obtenir des crédits d’impôts pour des travaux réalisés par une entreprise titulaire d’une qualification RGE. « Les particuliers, comme les entreprises, ont besoin d’être assurés de ce maintien pour envisager, dans la sérénité, les travaux d’amélioration de la performance énergétique de leurs logements », argumente Patrick Liébus. Le Président a également évoqué le recours déposé par la Capeb contre l’instruction fiscale permettant aux grandes surfaces de bricolage d’intervenir dans le champ des travaux réservés en principe aux entreprises. « En effet, cette instruction donne la possibilité aux GSB de contourner l’obligation d’être RGE et introduit une rupture d’égalité de traitement entre les opérateurs non RGE et les entreprises du bâtiment RGE », estime la Capeb.

 

TVA à 5,5% sur les travaux de rénovation

 

Par ailleurs, lors de cette rencontre, Patrick Liébus a rappelé avec insistance deux  anciennes demandes : la baisse de la TVA à 5,5% pour l’ensemble des travaux de rénovation qui a, selon lui, permis de créer plus de 50 000 emplois en 1999 avec la mise en place de la TVA à taux réduit ou encore la création d’un prêt Énergie pour la rénovation des logements (PERL). Il s’agirait d’un prêt pour les particuliers à un taux attractif (mais non aidé) pour de petits travaux de rénovation énergétique de l’ordre de 8 à 10 000€. Cette proposition n’aurait pas d’incidence sur les finances publiques, car son financement serait assuré par les fonds collectés dans le cadre du LDD (livret Développement Durable) ou du Livret A, dont les encours s’élèvent respectivement à 102 et 263 milliards d’euros.
Autant de demandes que Patrick Liébus pourrait soumettre à François Hollande, vendredi 27 mars, lors d’un rendez-vous à l’Elysée.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X