Logement

« Pas de travaux embarqués sans diagnostic préalable », Olivier Delalande, président de la Compagnie des architectes de copropriété

Mots clés : Architecte - Gestion immobilière - Rénovation d'ouvrage

Alors que la polémique sur l’isolation par l’extérieur à l’occasion de travaux de ravalement ressurgit, le président de la Compagnie des architectes de copropriété préconise un diagnostic systématique avant travaux « pour éviter de faire n’importe quoi ».

Les « travaux embarqués » prévus par la loi de Transition énergétique peuvent-ils nuire à la qualité des rénovations ?

Le principe des « travaux embarqués » n’est pas à remettre en question. Les architectes de copropriété l’appliquent en permanence. L’isolation de toiture lors d’une opération de rénovation de couverture, le remplacement de descentes d’eaux pluviales lors d’un ravalement, ou encore des travaux d’accessibilité lors d’une rénovation de hall sont systématiquement proposés. L’intérêt immédiat emporte toujours la décision des copropriétaires.


D’où vient la méfiance actuelle sur les travaux embarqués ? 

Le problème vient essentiellement de l’isolation thermique par l’extérieur (ITE). Le bâti ancien n’est pas nécessairement compatible car, dans la tradition française, l’aspect extérieur de la façade exprime le matériau dont elle est constituée et les fenêtres sont au nu intérieur des murs.

Tout l’équilibre du bâtiment repose...

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X