Métiers

« Pas de rénovation énergétique réussie sans compétence à tous les niveaux »

Mots clés :

Architecte

-

Efficacité énergétique

Après les architectes du conseil national de l’Ordre et de l’Unsfa, les économistes de l’Untec et la FFB, la fédération des métiers de la prestation intellectuelle du conseil, de l’ingénierie et du numérique – construction (CINOV construction) réagit à l’étude de l’UFC que choisir et rappelle que les professionnels compétents existent déjà.

L’étude UFC-Que Choisir publiée fin mai sur le thème de « la piètre performance des professionnels dans la rénovation énergétique des logements » a mis en exergue plusieurs éléments qui nécessitent d’être précisés et approfondis afin que les consommateurs puissent effectuer leurs choix en toute connaissance de cause et en confiance.

Le challenge de la rénovation énergétique, dont l’intérêt ne se discute plus, ne sera réussi qu’à cette condition. Le syndicat CINOV Construction, qui représente les bureaux d’études et l’ingénierie de la construction et de la rénovation souhaite apporter sa contribution sur ce sujet et alimenter les débats autour de la loi de transition énergétique.

 

Laissons leur chance aux dispositifs RGE


Le constat d’échec du signe de qualité « RGE » établi dans le rapport d’UFC-Que Choisir nous semble prématuré puisqu’il juge un dispositif encore en phase de développement et qui nécessite un engagement important des professionnels en matière de formation et d’évolution des pratiques…

Par ailleurs, l’enquête fait abstraction de la charte « RGE Etudes », signée en novembre 2013, ce qui est fort dommage, puisque son objectif est justement de répondre à une des recommandations de l’enquête UFC de faire certifier par un organisme indépendant les compétences des prestataires d’études dans le domaine de l’efficacité énergétique avec des points d’analyse sur la formation, les compétences et un contrôle des études réalisées.
 
Les dispositifs « RGE Travaux » et « RGE Etudes » sont complémentaires et évolutifs et peuvent s’adapter aux différentes demandes des consommateurs. Il faut juste laisser le temps à ces dispositifs de se développer et ne pas introduire de confusion dans ces signes de qualité : un professionnel « RGE Etudes – Audit Energétique » n’aura pas forcément les compétences en « Etude des ressources géothermiques », au même titre qu’un « RGE Travaux » en menuiserie n’aura pas forcément les compétences pour faire des études globales de rénovation…

 

Pas de nouveaux métiers : les experts indépendants existent déjà

 

L’étude passe complètement à côté de l’existence des bureaux d’études thermiques et des ingénieurs-conseils en efficacité énergétique dont CINOV Construction est le syndicat professionnel représentatif. Ces ingénieurs thermiciens indépendants sont présents sur tout le territoire et accompagnent les consommateurs dans la rénovation énergétique de leur habitat, afin de leur permettre de rénover sans se tromper, de leur faire faire les meilleurs choix de conception, d’identifier les aides mobilisables et également de les aider dans la consultation des entreprises, dans l’exécution des chantiers, même après la réception.

Ainsi, plutôt que de recommander la création d’une nouvelle filière, CINOV Construction préconise de renforcer la filière existante en développant les incitations en faveur des missions d’audit énergétiques et études thermiques en maison individuelle.

Les professionnels compétents et indépendants existent déjà ; c’est surtout  l’impulsion qui fait défaut (conseils des guichets uniques, aides publiques…) pour que ces professionnels se développent davantage sur le marché de la maison individuelle.

CINOV construction suggère donc à l’UFC – Que Choisir de compléter son enquête en incluant les bureaux d’études thermiques et le dispositif « RGE Etudes » afin de délivrer une information parfaitement complète et juste à l’aube de l’ouverture des débats de la loi de transition énergétique.

 

La rénovation énergétique a besoin de tous les professionnels (compétents)


Il n’y a pas une solution unique pour la rénovation, mais plusieurs solutions qui, le plus souvent, s’adaptent aux besoins et budgets des consommateurs.

L’exemple allemand avec une phase d’audit en amont, une phase de suivi des travaux et une phase de bilan en aval, est assurément un exemple à suivre si l’on veut éviter de perdre la confiance des particuliers et que les investissements en travaux de rénovation énergétique soient optimisés.

Néanmoins, la réussite ne sera au rdv que si les compétences sont présentes aussi bien au niveau des études qu’au niveau de la phase travaux. Si chaque entreprise est sollicitée dans son domaine de prédilection, nul doute que la richesse de notre écosystème d’entreprise de toute taille saura relever le défi de la rénovation énergétique, tout en assurant la satisfaction des consommateurs.

 

Voir notre article sur l’étude UFC-Que Choisir

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X