Réalisations

Parure de zinc pour le musée de l’aéronautique Aeroscopia à Blagnac

Mots clés : Architecture - Manifestations culturelles - Musées - galerie - Produits et matériaux - Transport aérien

Longtemps attendu par les passionnés de l’aéronautique, le musée Aeroscopia de Blagnac (Haute-Garonne) va ouvrir ses portes au public le 14 janvier après son inauguration officielle la veille. Conçu par l’agence d’architecture toulousaine Cardete Huet, le bâtiment en forme de fuselage d’avion est recouvert de zinc.

Cela faisait plus de 30 ans que les passionnés de l’aéronautique attendaient un musée de l’aéronautique sur l’agglomération toulousaine. C’est désormais chose faite avec Aéroscopia qui va ouvrir ses portes au public le 14 janvier, à Blagnac, au nord-ouest de Toulouse, après 31 mois de travaux.

 

Concours en 2006

 

Sa naissance aura été difficile. Lauréate du concours d’architecture en 2006, l’agence d’architecture toulousaine Cardete Huet a véritablement lancé le chantier de construction en mars 2012. Entre-temps, la maîtrise d’ouvrage a changé passant du Grand Toulouse (ex-communauté urbaine de Toulouse Métropole) à la ville de Blagnac. Puis, cette dernière demande à la maîtrise d’œuvre de revoir le projet pour des raisons budgétaires: «Dans le projet initial, la courbe était beaucoup plus ample. La superficie de la halle d’exposition a été réduite de moitié. Mais, la collectivité n’exclut pas de l’étendre à l’avenir», a raconté l’architecte Gérard Huet, lors de la visite du bâtiment organisé, le 9 janvier, par VMZinc.

 

Structure tridimensionnelle

 

Ensuite, la structure tridimensionnelle en acier blanc thermolaqué de 500 tonnes (dont 200 tonnes de parure), voulue pour sublimer les avions, dont certains suspendus à la charpente et aux murs, a demandé un long travail d’études.

Puis, le dépôt de bilan, en 2013, de l’entreprise Antonangelli, chargée de la couverture de la halle d’exposition, a retardé le chantier de près de 6 mois, malgré la procédure d’urgence enclenchée par la maîtrise d’ouvrage.

 

Arc de cercle

 

Aujourd’hui, faisant pendant à l’architecture rectiligne et inox de l’usine d’assemblage de l’A380, située de l’autre côté de la rue, le nouveau musée de l’aéronautique se déploie en arc de cercle autour du bassin d’orage transformé en «place d’eau». Reliée par une passerelle à un bâtiment de 1 500 m2 assurant l’accueil du public, la halle d’exposition de 8 000 m2 est l’élément central de l’équipement. Mesurant 143 m de long, 72 m de large et 23 m de haut, elle abrite une trentaine d’avions, dont un Concorde, l’A300B et le Super Guppy, transformé en mini-cinéma. «Cœur du dispositif muséographique, ces gros-porteurs ont été installés dans le bâtiment avant le début du second œuvre. Pour les sortir, il faudra donc démonter les façades», précise l’architecte Marie Laurent, responsable de projet chez Cardete Huet.

 

15 000 m2 de zinc

 

La parure en zinc «sombre» de la halle d’exposition est l’autre caractéristique d’Aéroscopia. Choisie pour remplacer Antonangelli, l’entreprise Raimond SAS a fixé, sur la structure en acier, 10 000 m2 de «VMZ Toiture structurale» en joint debout pour la partie supérieure. Sur les flancs de la halle, elle a ensuite posé 2 000 m2 de «VMZ joint debout» sur voliges en bois. «Sur la partie basse, nous avons posé le zinc à même les voliges. Sur la partie haute dite «chaude», nous avons fixé le zinc sur le bac acier lui-même composé d’un pare-vapeur, d’une isolation en laine de roche, et d’un film d’interposition. La pose s’est faite par bandes de zinc façonnées joint debout», détaille Romain Branger, responsable du projet chez Raimond SAS.

 

Matériau adapté

 

«Facile à poser, cette technique garantit une jonction discrète avec la couverture, contribuant à un ensemble continu, harmonieux et esthétique», affirme Eric Ladeuix, commercial chez VMZinc qui a fourni les 15 000 m2 de zinc. «Il avait le double avantage de convenir au bureau de contrôle qui exigeait un matériau doté d’un avis technique. C’est aussi un matériau souple adapté à la double courbure du bâtiment», poursuit Marie Laurent.

 

Fiche technique

Maîtrise d’ouvrage: ville de Blagnac.

Maîtrise d’ouvrage déléguée: Oppidea.

Maîtrise d’œuvre: Cardete Huet (mandataire).

Principales entreprises: Screg (VRD); MAS/GCC (gros œuvre); Cabrol (charpente halle); Lanik (structure tridimensionnelle de la halle); Raimond (couverture). Midi-Aquitaine (étanchéité); Constructions Saint-Eloi (bardage); Cance (menuiseries extérieures); Realco (protection solaire); Massoutier (cloisons doublages, faux plafonds); Atelier du Bois (menuiseries intérieures); Carre (serrurerie); 3 AS (sols durs); Cermsols (sols souples); Arroux & Fils (peinture); BEEI (CFO-CFA); Tunzini (chauffage, plomberie, sanitaire); CFA (ascenseurs); Caussat (espaces verts); Ferris (clôtures et portails).

Durée des travaux: 31 mois y compris les 2 mois de préparation.

Coût des travaux: 12, 9 millions d’euros HT (hors aménagement des parkings et rénovation de la ferme de Pinot qui va abriter deux restaurants).

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X