Aménagement

Parc de La Courneuve : Manuel Valls joue l’apaisement

Mots clés : Aménagement du territoire - Gouvernement

Opposé au projet de «Central Park» sur les franges du parc de La Courneuve, le conseil départemental de la Seine-Saint-Denis lance une concertation sur le devenir du site. Comme le rappelle le Premier ministre, cette remise en cause ne signifie pas l’abandon de toute opération d’aménagement dans ce secteur.

Conçu par Roland Castro, le projet de Central Park du Grand Paris sur les franges du Parc de La Courneuve a du plomb dans l’aile. Le 1er juillet, Stéphane Troussel, président du conseil départemental de la Seine-Saint-Denis a lancé une concertation publique visant à «co-construire un projet d’avenir» pour le parc Georges-Valbon (417 ha) dont il est propriétaire et «en finir avec le Central Park»

Cette consultation se déroulera en deux séquences distinctes: une première phase de juillet à septembre pour dresser un diagnostic sur les usages du parc, son accessibilité, son rapport à la ville, et un second temps pour imaginer le parc de demain: ses nouvelles entrées possibles, l’introduction éventuelle d’équipements de loisirs et de culture, etc. «Si le projet Castro clivait par son ampleur et par ses choix, il posait néanmoins des questions qui sont légitimes: le lien du parc à la ville, les articulations entre tissus urbains et naturels, l’amélioration des accès…», reconnaît Stéphane Troussel.

 

Une forte opposition locale

 

Dévoilé à l’automne 2014, le projet de Roland Castro et du promoteur CDU (Constructions et développements urbains) s’inspirait de Central Park à New York. Leur idée : urbaniser les 11 km du pourtour du parc pour y construire quelque 24 000 logements, des bureaux, des équipements publics, etc. Une opération d’aménagement de 110 ha, dont 80 ha prélevés sur le parc, et sur ces 80 ha, 70 ha classés en zone Natura 2000, que l’architecte et le promoteur proposaient de reconstituer à hauteur de 140 ha sur une friche autoroutière, au nord du parc. Un scénario qui a suscité une forte opposition locale, soutenue par les élus communistes des communes concernées (La Courneuve, Stains, Dugny, Le Bourget, Saint-Denis, en Seine-Saint-Denis, et Garges-lès-Gonesse, dans le Val-d’Oise).

 

Les premières orientations fin juillet

 

«Ce projet n’est ni celui du conseil départemental, ni celui des élus locaux. Il n’est pas davantage celui de l’Etat», indique le Premier ministre dans un courrier à Stéphane Troussel. Pour autant, il n’est pas question pour le gouvernement d’abandonner toute opération d’aménagement dans ce secteur. «Notre objectif, dans le respect de l’enveloppe du parc, est d’aménager en partie ses franges pour y amener davantage d’activité et du logement», écrit Manuel Valls. La concertation engagée au printemps dernier entre l’Etat et les élus locaux va se poursuivre «pour discuter des potentialités du site et identifier à partir des projets urbains que portent les communes riveraines du parc, les moyens de construire un projet d’ensemble». Le chef du gouvernement précise qu’il a demandé une accélération du calendrier des discussions afin de disposer d’ici à la fin juillet d’un premier bilan des orientations.

 

La carte de l’apaisement

 

Après avoir rappelé ses intentions, Manuel Valls joue la carte de l’apaisement assurant qu’il n’y aura pas de mobilisation du foncier à l’intérieur du parc sans l’accord des communes. «Nous pouvons donc affirmer aujourd’hui qu’il n’y aura pas un logement construit dans le parc Georges-Valbon. A ce jour, aucun élu n’y est favorable et nous souhaitons tous préserver et mieux valoriser cet espace naturel exceptionnel», commente le président de la Seine-Saint-Denis. Le chef du gouvernement tient aussi à rassurer les élus quant au projet de création d’une opération d’intérêt national (OIN) sur ce site, évoqué à plusieurs reprises. «La question de l’outil réglementaire le plus à même de faire avancer ce projet (ndlr: d’aménagement) ne saurait être un préalable», affirme-t-il, avant de conclure: «Ce qui est indispensable, c’est de construire ce projet avec tous les acteurs locaux».

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X