Immobilier

« Panama papers » : le promoteur Apsys touché par les révélations

Mots clés : Centre commercial - Gestion et opérations immobilières - Magasin - Rénovation d'ouvrage

Apsys, promoteur immobilier spécialiste de la construction et la réhabilitation de centres commerciaux (dont Beaugrenelle à Paris), est cité par Le Monde dans le dossier des « Panama papers ». Selon nos confrères, une partie du capital d’Apsys aurait été rachetée par des fonds ayant transité dans des comptes offshore créés par le cabinet panaméen Mossack Fonseca. Le quotidien du soir estime que ces fonds auraient pu financer la construction de centres commerciaux.

Apsys, promoteur immobilier spécialisé dans la construction et la réhabilitation de centres commerciaux, est cité par le journal Le Monde dans le dossier des « Panama papers » (voir encadré). Fondé par Maurice Bansay en 1996 et installé à Levallois-Perret, il a notamment été maître d’ouvrage délégué de l’opération de restructuration du célèbre centre Beaugrenelle, dans le XVe arrondissement de Paris.

Selon Le Monde, « plusieurs millions d’euros ont transité par des juridictions offshore pour financer une partie du capital d’Apsys et plusieurs projets de centres commerciaux du groupe ». Contacté par nos confrères, Maurice Bansay aurait d’abord nié ces affirmations avant de « se souvenir des divers accords signés entre 2003 et 2009 avec son associé Gabriel Safdié, un banquier genevois d’origine brésilienne familier de l’offshore, qui a fait transiter ses fonds vers la France en passant par les îles Vierges britanniques, le Panama et le Luxembourg ». En 2003, Gabriel Safdié aurait acquis, grâce à ces montages financiers complexes, « 22,6 % du capital d’Apsys International SA et ouvert, dans la foulée, une ligne de crédits de 15,2 millions d’euros pour financer sept centres commerciaux en France et en Pologne. » En réponse aux accusations, Maurice Bansay minimise les montants avancés par Le Monde et assure que « seuls 3,8 millions d’euros ont finalement été utilisés par Apsys pour ses opérations », mais il refuse de préciser lesquelles en ont bénéficié.

Enfin, Le Monde avance qu’Avisan, l’une des sociétés luxembourgeoises de Gabriel Safdié, aurait aussi prêté 16 millions d’euros à Apsys en 2015. L’opération aurait permis à Apsys de racheter sa participation minoritaire dans Centrum NS, une société luxembourgeoise propriétaire du centre commercial Manufaktura, à Lodz, en Pologne. « Rien d’illégal, a priori, dans ces circuits, mais le recours de M. Safdié à des mécanismes de dissimulation comme des prête-noms ou des actions au porteur pour ses sociétés offshore a de quoi poser question, écrit l’auteur de l’enquête. L’homme argue de « réflexes » hérités de sa jeunesse sous la dictature brésilienne, où la discrétion était une « une nécessité de survie ».

Dans un communiqué publié mercredi 6 avril, Apsys se défend d’avoir « jamais eu recours à des sociétés offshore pour financer ses projets et a fortiori pratiquer l’évasion fiscale ». Au sujet de Gabriel Safdié, le promoteur immobilier précise que « son actionnaire minoritaire (…) a choisi d’investir dans le groupe Apsys il y a plus de dix ans, par l’acquisition d’actions et l’attribution de prêts. Ces opérations ont été réalisées dans le respect le plus strict des dispositions légales. Gabriel Safdié détient à ce jour une participation de 0,5% dans Financière Apsys via une société française. »

Focus

Le point sur les « Panama papers »

L’expression « Panama papers » désigne une enquête menée par 109 journaux internationaux (dont le Monde et France 2 dans l’Hexagone) grâce à une fuite de 11,5 millions de fichiers financiers appartenant au cabinet panaméen Mossack Fonseca, spécialiste de la domiciliation de sociétés offshore et basé au Panama. Selon les journalistes du Monde, ces documents sont datés de 1977 à 2015.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X