Paysage

Ouverture des candidatures aux Victoires du paysage 2016

Année paire oblige, les candidats au concours des victoires du paysage peuvent s’inscrire en ligne jusqu’au 1er juin prochain, pour présenter des réalisations achevées entre le 1er janvier 2011 et le 1er janvier 2015.

Peu de changement pour la cinquième édition des victoires du paysage : comme chaque année paire, les commissions techniques sillonneront la France dans le courant de l’été, pour examiner les projets jugés recevables à l’issue d’une première délibération du jury. Leur avis éclairera la seconde séance, dans le courant de l’automne. Malgré la croissance continue du nombre de candidatures depuis 2008, l’interprofession a maintenu le concept d’une remise de prix unique pour l’ensemble des catégories identifiées. De 2008 à 2014, le nombre de lauréats a grimpé de 18 à 31, pendant que le nombre de dossiers suivait une de croissance exponentielle, pour atteindre 131 en 2014, au lieu de 78 en 2012. Une proposition encore informelle de la Société nationale d’horticulture de France suggère des nouvelles pistes de partenariat, à partir de 2018 : elle propose de coupler son concours des « Jardins de France » avec celui de la catégorie Particuliers des Victoires du paysage.

 

Un forum plus un colloque

 

Pour cette cinquième édition, les évolutions en cours d’étude concernent surtout la communication autour de l’événement. Le 10 décembre, la remise des prix coïnciderait avec un forum de Cité Verte, le think tank de l’interprofession que préside l’académicien Erik Orsenna, également président des Victoires. « Cette rencontre devrait associer des grands donneurs d’ordre public et privé, pour éviter l’écueil de l’entre-soi », commente Michel Audouy, président de la commission des métiers du paysage de l’association interprofessionnelle Val’hor.

L’organisateur des victoires envisage de découpler la remise des prix de son colloque annuel, traditionnellement programmé le même jour. Cette nouvelle formule vise à élargir l’audience de l’interprofession : début 2017, le colloque devrait se tenir au Sénat, en partenariat avec l’Assemblée des départements de France. « Nous avons retenu le thème de l’arbre pour plusieurs raisons : son rôle structurant dans l’aménagement, les menaces qui pèsent sur les alignements plantés, en ville comme au bord des routes, et l’importance de l’enjeu pour les producteurs », énumère Michel Audouy.

 

Remises de prix in situ

 

L’année 2017 devrait également marquer l’approfondissement d’une démarche engagée l’an dernier : en plus de la cérémonie nationale de proclamation du palmarès, Val’hor multipliera les remises de prix in situ, pour renforcer l’impact médiatique local des Victoires d’Or et le rôle d’entraînement joué par les champions. Une réflexion en cours vise à renforcer leur aura à travers une labellisation inspirée par celle des villes et villages fleuris de France.

En revanche, les velléités d’européanisation restent sans suite immédiate : en 2014, la remise d’une victoire européenne au jardin qui entoure le siège mondial de Volkswagen n’a pas laissé que des bons souvenirs, indépendamment des mensonges de la marque, révélés quelques mois plus tard, sur les performances environnementales de ses moteurs diesel. « Les pépiniéristes français, en butte à la concurrence européenne, n’identifient aucun retour possible », regrette Michel Audouy.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X