Aménagement

«Oppidea produit le tiers des logements de Toulouse Métropole», Raphaël Catonnet, directeur général délégué

Mots clés : Urbanisme - aménagement urbain

Alors qu’est lancée la seconde phase de l’aménagement de la ZAC de La Cartoucherie à Toulouse, Raphaël Catonnet, le nouveau directeur général délégué d’Oppidea, présente ses ambitions pour imprimer, à travers les opérations publiques d’aménagement, une certaine ambition en termes de qualité d’usage et de construction.

Depuis juin 2016, vous dirigez Oppidea, la SEM d’aménagement de Toulouse Métropole. Quel est votre état d’esprit ?

Raphaël Catonnet: Toulouse Métropole doit créer les conditions d’accueil de 15 000 nouveaux arrivants par an. Pour cela, elle s’est donnée pour objectif de produire 6 500 logements par an. Concessionnaire d’une vingtaine d’opérations publiques d’aménagement, Oppidea représente près d’un tiers de la production avec environ 2 000 logements par an.

Tout cela sur un territoire où le rapport à l’intensification est compliqué. Par exemple, le territoire communal de Toulouse est aussi étendu que la Ville de Paris mais a une densité cinq fois moins importante. Le second enjeu pour Oppidea est d’imprimer à travers les opérations publiques d’aménagement une certaine ambition en termes de qualité d’usage et de construction. Il s’agit de combiner le cadre physique dans lequel s’inscrit l’opération d’aménagement à la demande des utilisateurs finaux aujourd’hui très sensibles aux usages. J’entends ici par usages la mobilité, l’accessibilité, la mutualisation de services, les écoles, etc. Il faut aussi donner plus de place à l’innovation par exemple avec des bâtiments connectés, un rapport à la nature plus important, la réduction de l’empreinte carbone sur le cycle de construction exploitation, la pérennité des constructions. Dans le sud-ouest, il faut aussi se préoccuper du confort d’été.

Pour cela, il faut être pragmatique avec des cahiers des charges incitatifs plutôt que prescriptifs tout en augmentant le niveau d’ambitions. Oppidea signe une cinquantaine d’actes de vente par an et autant d’actes de réservation. C’est un processus quasi-industriel. Or l’immobilier n’est pas industriel. Chaque objet est unique. En termes d’attribution des droits à construire, sur des lots plus sensibles, nous réfléchissons à de nouvelles procédures qui devraient laisser la place à une relation de partenariat entre l’aménageur et le promoteur.

 

Oppidea a lancé une consultation auprès des promoteurs pour attribuer début 2017 trois lots sur la ZAC de La Cartoucherie à Toulouse. Cela illustre-t-il ces ambitions ?

R. C.: Oui. Ce quartier en construction sur une ancienne friche industrielle offre l’opportunité d’imaginer de nouvelles façons de faire. Le premier exemple est la mise en place d’un dispositif de stationnement mutualisé public foisonnant les besoins des logements et bureaux de l’ensemble du site. Cela permet de faire l’économie de construction de 800 places, soit 12 millions d’euros. Le premier des trois parkings mutualisés programmés vient d’être livré. Chaque promoteur doit réserver des places. Nous le construisons et confions sa gestion à la collectivité qui elle-même l’a déléguée à un opérateur privé. Par ailleurs, nous allons choisir à la fin de l’année le groupement qui va acquérir et exploiter la halle de 8 000 m2, seul vestige du passé industriel du quartier. Nous avons l’ambition d’en faire un équipement commercial et de loisirs atypique à rayonnement métropolitain dans une formule agile d’adaptation aux usages. Nous voulons aussi innover en matière de concertation. Nous avons ainsi réuni les syndics et les bailleurs pour faire un bilan de leur appropriation du quartier. En effet, la première tranche est quasi terminée. Elle correspond à la partie la plus dense. Elle a provoqué les plus vives réactions. Il faut trouver les conditions de réussite de l’intensification en apportant plus de souplesse aux architectes pour proposer de l’innovation en termes de qualité d’usage, des matériaux, etc. Nous serons également très attentifs à la gestion future des logements. Nous privilégierons les petites copropriétés de 70 logements maximum.

 

Vous avez eu le temps de découvrir le territoire et de prendre la mesure des ZAC en cours d’aménagement. Y a-t-il des opérations qui retiennent votre attention ?

R. C.: Pour moi, le nouveau quartier de Borderouge (AAUPC Chavannes & Associés, urbaniste) est intéressant en termes de programmation offrant une mixité fonctionnelle et sociale. Il est desservi par le métro. Il est désormais raccordé à un nouvel échangeur autoroutier. Par ailleurs, la demande ne se dément pas. La ZAC de Toulouse Aerospace (Seura Architectes, urbaniste), au sud-est de Toulouse, représente également un enjeu important. En premier lieu, celui d’aménager un territoire traversé par l’ancienne piste de l’aéropostale. Il s’agit aussi de faire de ce secteur le lieu de référence dans les domaines Aéronautique, Espace et Systèmes embarqués (AESE), synergie entre le monde académique et les entreprises. B 612, le bâtiment qui va accueillir l’ Institut de recherche technologique (IRT) de Saint-Exupéry, sort de terre. Le pôle de compétitivité «Aerospace Valley» vient d’annoncer son emménagement futur. La ZAC de Malepère (Ateliers Lion Associés, urbaniste) propose un mode de travail différent. Ce sera une ZAC à acquisition partielle c’est-à-dire sans maîtrise foncière totale par Oppidea. C’est l’occasion d’expérimenter l’urbanisme négocié en combinant le rôle de régulation de la puissance publique avec un plan guide et celui des opérateurs dans la réalisation.

 

Focus

Oppidea en quelques chiffres

14,9: capital social, en millions d’euros, de la SEM Oppidea (Toulouse Métropole, 51 %; Ville de Blagnac, 5 %; Ville de Toulouse, 5 %; Ville de Colomiers, 5 %; Caisse des dépôts et consignations, 14 %);

65: nombre de salariés;

Près de 23: nombre d’opérations publiques d’aménagement;

30: investissement 2015, en millions d’euros, sur les concessions d’aménagement.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X