Urbanisme et aménagement Urbanisme et environnement

« On trouve tout à la Samaritaine », y compris un rideau de douche conforme aux règles d’urbanisme

Mots clés : Droit de l'urbanisme - Jurisprudence - Magasin - Urbanisme - aménagement urbain

Le Conseil d’État vient de rejeter définitivement les recours qui avaient été formés contre le très controversé permis de construire autorisant la restructuration de « l’îlot Rivoli », correspondant à l’ancien magasin n° 4 de la Samaritaine. Clap de fin de cet épisode politico-juridico-passionnel démarré en 2012.

Le tribunal, confirmé par la cour administrative d’appel de Paris, avait annulé l’autorisation d’urbanisme du 17 décembre 2012, au motif que le permis attaqué ne répondait pas à l’obligation d’insertion dans le tissu urbain environnant, en raison des caractéristiques de la façade en verre du bâtiment sur la rue de Rivoli. La ville de Paris et la société bénéficiaire du permis ont formé un pourvoi en cassation devant le Conseil d’État.

Dans sa décision, le Conseil d’État apporte un éclairage, ne pouvant pas d’ailleurs être absolument objectif, sur la notion d’intégration des constructions...

Ce contenu est réservé aux abonnés de la revue : Opérations Immobilières
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X