Innovation produits

Objets connectés : la nouvelle ère de l’interopérabilité

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Domotique - Innovations

Le potentiel de la domotique reste bridé par les systèmes propriétaires. La labellisation prochaine d’un protocole ouvert devrait enfin fixer un standard pour le logement intelligent.

C’est peut-être le coup d’accélérateur que le marché du logement connecté guette depuis plusieurs années. En octobre prochain, le référentiel Ready2Services (R2S), élaboré par la Smart Buildings Alliance (SBA) et ses 200 membres (promoteurs, bailleurs, constructeurs, industriels… ), devrait obtenir sa labellisation auprès de Certivéa, Alliance HQE et Cerqual. Le standard du logement connecté sera enfin établi.

Ce R2S définit une architecture des protocoles de communication dans un bâtiment permettant l’ouverture des données et l’interopérabilité des matériels et des logiciels. Adieu les systèmes fermés et propriétaires, principaux freins à la diffusion des objets connectés !

Les données captées par le compteur d’eau, le détecteur de présence ou la chaudière intelligente seront traduites dans un même langage informatique, quelle que soit leur marque. Cette masse alimentera des bases de data hébergées à distance dans un cloud . Et cela peut tout changer. « Aujourd’hui, les capteurs foisonnent dans l’habitat, mais la donnée brute d’un thermostat ne sert pas à grand-chose si elle n’est pas croisée et contextualisée avec d’autres data, pour définir par exemple un scénario de confort de l’habitat incluant la luminosité, la ventilation… », décrypte Emmanuel Olivier, président d’Ubiant, une start-up œuvrant...

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X