Logement EXCLUSIF

« Objectifs 500 000 » : les premières mesures

Mots clés :

Bâtiments d’habitation

-

Gouvernement et fonction publique

-

Réglementation technique

Les premières mesures annoncées par la ministre du Logement, Cécile Duflot, se nourrissent des réflexions des professionnels dans le cadre de la concertation « Objectifs 500 000 ». Elles répondent à deux grands objectifs : d’une part, simplifier les règles et normes de construction ; d’autre part, garantir la qualité des constructions aujourd’hui et demain.

Voici les premières mesures issues de la concertation « Objectifs 500 000 » :

 

Simplifier les règles et normes de construction

 

Réguler le flux de règles

– en créant un Conseil supérieur de la construction, instance consultative permettant de renforcer l’articulation interministérielle lors de l’élaboration des règles touchant aux bâtiments et d’améliorer l’évaluation économique des règlementations et leur contrôle;

– en assurant un « service après vote » de la réglementation en créant des outils pédagogiques d’explication des nouvelles règles à destination des professionnels;

– en mettant en place un dispositif pérenne de retour d’expérience/de remontée de propositions de simplification ou d’adaptation de la réglementation;

– en évaluant chaque nouvelle réglementation après 3 à 5 ans d’application.

 

Réguler le flux de normes

– en réformant l’élaboration des normes de construction par l’Afnor : augmentation des points de contrôle au cours de leur élaboration et de leur révision ; amélioration de la représentativité des acteurs dans les groupes de normalisation ; association des professionnels à la stratégie normative (journée d’échange, mise à disposition de la liste des sujets de travail).

 

Agir sur le stock

Près de 50 mesures de simplification de règles et normes existantes seront prises sans transiger sur la performance et la qualité. Elles seront structurées autour de sept grands principes :

– distinguer confort et sécurité. Exemple : suppression de l’obligation d’installer une prise Ethernet dans les salles de bain et la cuisine ; réduction du nombre de circuits et de fusibles à mettre en place lors de la construction d’une habitation neuve (passage de 5 circuits à 3 pour un T5) ;

– privilégier l’exigence de résultat à celle de moyen. Exemple : suppression de l’interdiction du bois pour les façades des grands bâtiments ; autoriser l’installation du local à vélo sur la parcelle en clos et couvert ;

– dépoussiérer la réglementation. Exemple : suppression de l’obligation d’avoir un « sas » entre les toilettes et le séjour/cuisine pour les petites surfaces ;

– rendre les règles proportionnelles aux enjeux. Exemple : affiner la maille du zonage de la réglementation « termites » pour les bâtiments neufs (aujourd’hui le département) et éviter une approche purement administrative ;

– faire évoluer la réglementation en fonction des retours d’expérience. Exemple : lever le seuil d’application de la RT2012 pour les extensions de petites maisons (RT existant), la RT2012 ne s’appliquant qu’aux grandes extensions, la réglementation ne change pas ;

– prendre en compte les spécificités des territoires. Exemple : supprimer l’obligation des portes coupe-feu dans les DOM alors que de nombreuses coursives sont à l’air libre ;

– favoriser la mixité entre filières traditionnelles et filières émergentes. Exemple : faire évoluer la RT 2012 pour mieux prendre en compte les spécificités hygrothermiques du bois ;

 

 

Garantir la qualité des constructions aujourd’hui et demain

 

Créer un nouveau label environnemental

Pour engager le bâtiment dans la transition écologique, définir un label environnemental pour 2015 : volontaire, il comprendra, outre les cinq usages de l’énergie couverts par la RT2012, la consommation d’eau et de déchets,  les émissions de CO2 et de polluants, la préservation de la biodiversité, à l’usage du bâtiment comme à la construction.

 

Aller vers le bâtiment 2.0

– en désignant un référent numérique de haut niveau (« un monsieur/ madame en charge du déploiement du numérique dans le bâtiment) qui établira d’ici fin 2014 une feuille de route ambitieuse pour l’essor des outils numériques dans le bâtiment (maquette numérique, e-learning, règles de l’art en format numérique) et installera une équipe dédiée au sein du ministère;

– en créant un signe de qualité/un label pour valoriser les entreprises engagées dans le bâtiment numérique ;

– en rendant la maquette numérique obligatoire à compter de 2017 pour les marchés publics d’Etat ;

 

Concrétiser les idées en projets innovants

– en facilitant l’innovation dans les territoires par la mise en place de 10 plateformes territoriales CSTB-collectivités en région d’ici fin 2015 ;

– en regroupant les opérateurs de recherche et développement de la construction (CSTB et centres techniques industriels) pour élargir leur champ d’intervention et développer les filières mixtes comme le bois-béton;

– en demandant à l’Ademe de lancer un appel à projet (PIA) dès 2014 pour soutenir de nouveaux procédés constructifs, respectueux de la qualité architecturale et s’appuyant sur des filières locales, comme le bois issus des forêts françaises.

En lien, lire l‘interview de Cécile Duflot

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    Réglementation et absence de pratique

    L’ambition de 500 000 logements est partagée par nombre de professionnels de la construction. La réglementation continuelle nécessite une pose de simplification qui passerait par un travail réglementaire d’épuration en dégageant des axes volontaristes et en laissant aux acteurs professionnels la libre réalisation de leurs projets. Au politique la fixation d’objectifs. Au professionnel la proposition de logements sur le marché. Il faut laisser davantage de liberté aux professionnels . Cela permettrait d’élargir les offres de prix et les offres de logements sur le marché. Un accroissement de 30 pour cent des offres pourrait ainsi être atteint par une diversité de propositions facilitée par la libre concurrence. La sanction serait uniquement commerciale dans le cas,où ils s’écarteraient des objectifs volontaristes politiques relayés par les médias. Cela permettrait d’enrichir une diversité de propositions de logements dans l’intérêt du consommateur.
    Signaler un abus
  • - Le

    Permis de construire

    Pas un mot sur les permis de construire et leur lenteur savamment organisée ? pièces complémntaires indues…
    Signaler un abus
  • - Le

    Réglementation encore, plutôt que l'intelligence et le bon sens

    En lisant les mesures, ont constate que l’on change la réglementation, ce qui ne la simplifie pas, plutôt que de faire appel à l’intelligence des personnes. Définir les objectifs des portes coupe feu, plutôt que tout les cas d’applications par exemple, définir le nombre de fusible et de disjoncteur en fonction du nombre de points desservis plutôt qu’en fonction du nombre de pièce du logement… Sur le bâtiment 2.0, si la maquette numérique est un très bel outil de représentation, de présentation, de communication, mais il est aussi terriblement dangereux car ce ne sont que des images, qui donnent l’illusion de la perfection mais qui peuvent être loin de la réalité. Cette obligation favorisera les grosses structures qui auront les moyens de faire ou de faire faire. Dans une période difficile, où l’on cherche à réduire les coûts je ne suis pas certain que cela soit la bonne direction.
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X