Logement

Objectif non atteint pour Foncière Logement

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel

La filiale d’Action Logement, Foncière Logement, s’était engagée à construire 19 000 habitations d’ici 2017. Elle n’en a finalement mis en chantier que 11 675.

Quinze ans après son lancement, Foncière Logement fait le bilan. Alors que la filiale d’Action Logement (l’ex-1% Logement) s’était initialement engagée à construire 19 000 logements d’ici 2017, elle en aura finalement construit 5 870 et 5 805 autres sont actuellement en chantier. En d’autres termes, 11 675 habitations sont livrées ou en passe de l’être.

L’objectif n’est pas atteint, mais « nous avons dû renforcer notre soutien financier à l’Anru I en cours de route, ce qui a bouleversé nos engagements », explique Yanick Le Meur, directeur général de Foncière Logement. Pour combler le manque de logements programmés, Foncière Logement s’est appuyée sur les entreprises sociales de l’habitat dont Action logement est actionnaire. « 5 500 logements en PLS (HLM les moins sociaux, ndlr) ou en accession sociale sécurisée ont été lancés par les ESH, ce qui fait passer la production à 17 175 unités, l’objectif est atteint à 90% », tente le DG.

En parallèle, la filiale dispose d’un stock de 24 749 logements conventionnés, c’est-à-dire, loués à des tarifs sociaux alors qu’ils se situent dans le parc privé.

 

Forte ambition pour l’Anru 2

 

Malgré ce loupé, Foncière Logement reste ambitieuse. Action Logement, qui finance les 5 milliards d’euros de l’Anru 2, a négocié « 12 500 droits à construire en contrepartie, ce qui représente un investissement de deux milliards d’euros, calcule Jean-Baptiste Dolci, vice-président de l’organisme paritaire. En parallèle, nous disposons de 20 000 droits de réservation dans du patrimoine rénové. »

La convention signée avec le gouvernement au sujet du financement du l’Anru 2 court jusqu’en 2019 et prévoit une clause de revoyure en 2017. « Cela fera probablement l’objet de discussions avec le gouvernement, discussions qui s’ouvriront par la force des choses », lance Jean-Baptiste Dolci. Car Foncière Logement aimerait revoir ses objectifs à la hausse. « Nous aimerions aller plus loin, le gouvernement peut y trouver un intérêt », estime Hugues Vanel, nouveau président de Foncière Logement.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X