Règles techniques

« Objectif 500 000 » logements, oui mais pas à n’importe quel prix !

Mots clés :

Bâtiments d’habitation

-

Bâtiments d’habitation

-

Efficacité énergétique

-

Equipements techniques et finitions

-

Réglementation technique

Le groupe de travail 1 «Simplifier la réglementation et l’élaboration des normes de construction et de rénovation » de la démarche « Objectifs 500 000 » envisage de faire remonter le coefficient linéique des ponts thermiques à la jonction dalle/façade, de 0,6 à 1 pour les immeubles collectifs. Pour Raphaël Kieffer, directeur général de Schöck France, fabricant de rupteurs de ponts thermiques, cela revient à ne plus du tout traiter les ponts thermiques. Avec les conséquences qu’on imagine sur la performance énergétique des bâtiments, la facture de chauffage des ménages et leur santé.

 

La RT 2012 a ouvert une nouvelle ère en France, celle de la construction responsable vis-à-vis de l’environnement et de nos concitoyens. Alors que celle-ci a instauré en France des règles visant à réduire la consommation d’énergie des nouveaux bâtis, les discussions en cours pour la rédaction d’une nouvelle règlementation en 2020 tendaient à aller encore plus loin dans cette démarche. Ainsi, on serait passé progressivement de la construction de Bâtiments à Basse Consommation (BBC) à celle de Bâtiments à Energie Positive (BEPOS).

L’annonce par le gouvernement Valls du projet « Objectif 500 000 » est une bonne nouvelle pour l’ensemble des secteurs du bâtiment. Mais les propositions du groupe de travail 1 « simplifier la règlementation et les normes de construction et de rénovation » lié à ce projet, vont à l’encontre des efforts entamés par la RT 2012. En prévoyant de supprimer l’exigence sur le coefficient linéique des ponts thermiques à la jonction dalle/façade actuellement de 0,6, c’est bien toute l’isolation thermique du bâtiment qui sera mise à mal. A nouveau, des constructions avec d’importantes déperditions de chaleur au niveau des ponts thermiques dalle/façade en ITI et balcon/façade en ITE pourraient alors sortir de terre.

Alors que l’ensemble de la filière industrielle s’est mobilisée pour apporter de nombreuses solutions techniques pour garantir des résultats économiquement performants et pérennes dans le temps, le fait de remonter la valeur psy au droit des ponts thermiques de 0,6 à 1 ruinerait totalement ces efforts.

 

Bâtiments coupables

 

En effet, un psy de 1 revient à ne rien faire du tout au droit des ponts thermiques, c’est-à-dire à ne plus les traiter du tout.

Autant dire que c’est une porte ouverte à la construction de bâtiments qui seront les futurs coupables des problèmes de demain : apparition de moisissures, condensations, hausse des allergies et des risques asthmatiques, risques structurels et défaillance prématurée des balcons.

Ces propositions suscitent une grande incompréhension tout d’abord car cette démarche semble contraire à l’esprit de la loi Grenelle II qui consacre l’engagement de la France en faveur d’un bâti moins énergivore.

Ce faisant, ces propositions contredisent également les dispositions de la directive 2010/31/UE sur la performance énergétique des bâtiments, qui prévoit, dans son annexe I – Cadre général pour le calcul de la performance énergétique des bâtiments – la prise en compte effective de caractéristiques thermiques réelles du bâtiment, notamment l’isolation et les ponts thermiques.

Les conséquences des propositions du groupe de travail 1 seront finalement supportées par les consommateurs, qu’ils soient futurs propriétaires ou locataires de bâtiments mal isolés. A titre d’exemple, la seule problématique du non traitement des ponts thermiques, négligée dans la RT 2012, engendrera, selon les professionnels du bâtiment rencontrés, une gabegie supérieure à 10% de la facture énergétique des ménages.

 

 

Sur le même sujet

Supprimer l’exigence sur le coefficient linéique des ponts thermiques à la jonction plancher intermédiaire/ mur extérieur pour des immeubles collectifs

Cette « simplification » serait un retour en arrière selon André Pouget, à la tête du bureau d’études thermiques du même nom et bien connu dans le monde du bâtiment. Son point de vue :

 

Simplifier les exigences de la RT 2012, oui mais dans le bon sens !

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    A n'importe quel prix... justement

    Bonjour Abération complète de lire ceci alors que depuis des années la RT domine le bâtiment et le vrai changement qualité. Le bénéfice de la RT (non pas la 2012 mais celle vers qui l’on doit avancer en 2020) est au bénéfice du client final, de l’énergétique et de l’écologie, bref du collectif et non des politiques, des lobbies, ou d’un secteur professionnel. le changement, il faut l’assumer, que chacun s’y mette. Cordialement
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X