Construction Numérique

Numérique : l’association ADN Construction prend forme

Lancée officiellement jeudi 15 juin, l’association ADN Construction veut prendre en main le numérique pour la filière de la construction. Elle est présidée par Gilles Charbonnel, qui représente la fédération Cinov-Construction.

« Ni concurrent, ni complémentaire de Mediaconstruct », c’est avec ces mots que Gilles Charbonnel a décrit l’association qu’il préside désormais au nom de Cinov : ADN Construction. La nouvelle entité a été officiellement créée jeudi 15 juin au siège de la Fédération française du bâtiment (FFB). Son objectif : piloter la transition numérique pour la filière construction ! Outre le président, le trésorier de l’association est Michel Droin de la FFB et David Morales, de la Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb), en assure le secrétariat.

 

Douze organisations fondatrices

 

Elle compte douze membres fondateurs : les cinq fédérations professionnelles qui ont quitté Médiaconstruct en avril dernier que sont la FFB, la Capeb, Cinov-Construction, l’Union nationale des syndicats français d’architecture (Unsfa), et les économistes de la construction (Untec). Mais aussi l’Association des industriels de produits de construction (AIMCC), la Fédération des promoteurs immobiliers de France (FPI), la Fédération des industries électriques, électroniques et de communication (FIEEC), l’Union nationale des géomètres-experts (UNGE), l’Union sociale pour l’habitat (USH), les Entreprises générales de France (EGF.BTP), Les promoteurs et aménageurs de la FFB (LCA-FFB) feront également partie de cette organisation.

 

Des objectifs larges

 

ADN Construction s’est fixé des objectifs très généraux : « rassembler et informer les acteurs de la construction » afin de faire partager une vision commune de la transition numérique à l’ensemble de la filière. Elle veut aussi « changer l’image des différents métiers et valoriser les compétences des différents acteurs » ou « promouvoir et démocratiser les outils collaboratifs ». Enfin parmi ses autres ambitions, l’association vise à « aider les acteurs à monter en compétence, contribuer à définir un cadre juridique du numérique dans la construction » et « être un acteur de la normalisation ». Un dernier sujet étonnant, puisque Mediaconstruct, qui représente Building smart international (BSI) en France travaille déjà activement sur ce thème au sein du Comité européen de normalisation (CEN) et de l’International standard organisation (ISO).

 

Six commissions opérationnelles

Si l’association doit encore définir ses priorités et préparer sa feuille de route, elle a mis en place six commissions :

–          Compétences et outils, présidée par l’USH ;

–          Exploitation et maintenance, présidée par la FIEEC ;

–          Juridique, présidée par l’Untec,

–          Normalisation, co-présidée par l’AIMCC et EGF.BTP ;

–          Processus collaboratifs, présidéé par l’Unsfa ;

–          Et une commission Communication, présidée par l’UNGE.

 

Tout reste encore à écrire pour cette jeune association, surtout dans un contexte où l’avenir du Plan de transition numérique pour le bâtiment (PTNB) est inconnu et où Bertrand Delcambre, son actuel président, a déjà annoncé qu’il ne reprendrait pas de nouvelle mission publique à l’issue de celle-ci.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X