Industrie/Négoce

Nouvelle France Industrielle : le plan « industries du bois » passé en revue

Mots clés : Bois - Gouvernement - Produits et matériaux

Le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll et le ministre de l’Economie, Emmanuel Macron réunissaient jeudi 12 mars les chefs de projet des trois plans de la Nouvelle France Industrielle relatifs à la valorisation des ressources naturelles : « Textiles innovants », « Industries du bois » et « Produits pour une alimentation sûre, saine et durable ».

Le plan « industries du bois » de la Nouvelle France industrielle est porté depuis la fin de l’année 2014 par l’Association pour le Développement des Immeubles à Vivre en bois, Adivbois.

Cette association qui compte 67 adhérents issus essentiellement de la filière de la construction bois a pour projet le développement d' »immeubles à vivre en bois », soit des immeubles à ossature bois de plus de 10 étages.

Le montant du projet s’élève à 10 millions d’euros, dont plus de 7 millions qui seront apportés par l’Etat via l’appel à projets du PIAVE « Projets industriels d’avenir » de la BPI, lancé le 2 février et ouvert jusqu’au 31 décembre 2015.

Cet investissement doit permettre un important travail préliminaire mêlant études techniques (sécurité feu, confort acoustique, résistance mécanique…), études sociologiques et benchmark. A ce travail de fond va s’ajouter un concours national Promotion/Conception/Construction, lançant la réalisation d’une dizaine de grands immeubles en bois. Ce grand concours sera organisé par le Plan Urbanisme, Construction et Architecture (PUCA) du Ministère de l’Ecologie pour sélectionner des démonstrateurs à déployer sur le territoire.

Les premiers textes réglementaires d’autorisation de l’utilisation du bois dans les immeubles de grande hauteur seront publiés au plus tard à l’été 2015.

Focus

Revue de détail

Il s’agissait de la quatrième réunion de travail de la revue des 34 plans de la Nouvelle France Industrielle voulue par le ministre de l’Economie.

L’objet de cette revue est de réaliser un point d’avancement des feuilles de route, de préciser le calendrier des prochaines réalisations (nouveaux investissements, commercialisation de nouvelles offres de produits et de services, nouveaux emplois) et d’échanger avec les chefs de projet sur les modalités de recentrage des priorités, d’évolution de la gouvernance des plans et d’accélération des plans qui en ont besoin.

La revue doit s’achever le 25 mars avec un point sur les plans relevant du transport. Puis une « phase 2 » devrait démarrer en avril qui devrait voir entrer en oeuvre la « rationalisation » promise par Emmanuel Macron début janvier.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X