Projets

Nouvelle étape pour l’aménagement du parc Lescure et l’avenir du stade Chaban-Delmas de Bordeaux

Mots clés : Architecture - Conservation du patrimoine

C’est à l’Atelier Ferret Architectures, avec Adim Sud-Ouest, qu’a été confié l’aménagement du parc Lescure et de son ancien stade Chaban-Delmas, fief historique des Girondins. Une pépite du patrimoine bordelais, maintenue dans son intégrité, et une habile densification dans les interstices, rendent l’opération viable économiquement et ont valu à l’Atelier Ferret Architectures, spécialiste des grands stades (dont celui de Lille) et des sujets de patrimoine d’être retenu pour cet aménagement sensible.

Toucher à un site chargé de symbole comme le stade Chaban-Delmas de Bordeaux, fief historique des Girondins jusqu’à l’ouverture ce printemps du grand stade Matmut Atlantique, tient du défi. Elus, habitants et architectes s’entendent sur un point: il faut garder au stade sa vocation sportive. «La Mairie de Bordeaux a donné comme objectif que ce stade devienne le fief de l’Union Bordeaux Bègles (UBB), équipe de rugby du Top 14 et que la plaine des sports garde elle aussi sa vocation sportive pour les associations et la pratique sportive spontanée», explique Pierre Ferret, initiateur du projet.

La solution, habile et élégante, est issue d’un appel à projets d’aménagement où plusieurs équipes se sont avancées. On avait auparavant vu un appel à idées en 2012, où des projets très ambitieux côtoyaient le minimaliste. Presque tous entamaient sérieusement le stade, un peu comme Marcel-Saupin à Nantes.

La concertation menée en 2013 par la Mairie de Bordeaux a précisé les besoins de l’appel à projets lancé en 2014. C’est le projet de Pierre et Venezia Ferret, associés à Adim Sud-Ouest et Vinci Construction, qui a le plus convaincu.

 

Equipements sportifs et logements

 

Il entre désormais dans une phase de concertation, autour de maquettes, images et de réunions publiques avec les habitants et les divers acteurs concernés «l’avant-projet que nous avons développé avec Adim (Vinci) a été conçu autour d’engagements issus de la concertation avec les habitants et les élus. Nous avons respecté tous ses engagements: d’abord conserver et mettre en valeur les éléments de patrimoine en les utilisant globalement dans leur fonction actuelle et parfois pour de nouvelles utilisations.» précise Venezia Ferret.

Quels engagements ? Maintenir la pratique du rugby de haut niveau (l’UBB devrait s’y transférer) et valoriser les équipements sportifs de proximité. «Proposer de nouveaux usages compatibles avec le respect du patrimoine. Rendre plus ouvert un site aujourd’hui peu connu par les usagers autres que les sportifs. Enfin, nous avons intégré 123 nouveaux logements (libres et sociaux), une résidence pour étudiants, une résidence pour seniors et des boutiques» précise Pierre Ferret.

«Le parc de la Béchade, situé en arrière du stade, sera relié à la plaine des sports par la transformation de la rue Léo-Saignat en espace piéton. Ainsi la plaine des sports, sous laquelle sera réalisé un parking de 400 places, deviendra un véritable jardin des sports dont les équipements actuels seront remis entièrement à neuf et choisi en fonction de la concertation en cours et du respect de l’esprit de leur conception d’origine. Le coût de l’ensemble du projet devrait atteindre l’équilibre financier souhaité par la municipalité» expliquent Pierre et Venezia Ferret.

 

Un projet à l’échelle de la ville

 

Le point fort du projet, qui entre dans sa dernière phase de concertation, est donc de garder un stade fonctionnel, en y associant logements nouveaux, activités, parkings, commerces, qui assurent l’équilibre économique de l’opération. «Le programme de l’appel à projets que nous présentons avec Adim et Vinci proposait de réaménager le parc Lescure qui comprend non seulement le stade Chaban, mais aussi une plaine des sports dans son prolongement, détaille Pierre Ferret. Un ensemble de 7 hectares amené à 12 hectares par une nouvelle liaison avec le parc de la Béchade. Contrairement à Marcel-Saupin à Nantes ou au stade Gerland à Lyon, nous en gardons l’intégrité totale, y compris ces archétypes signifiants, la grande arche sur les boulevards, les flèches sur les entrées, les œuvres d’Art du céramiste Butaud et des sculpteurs Janniot et Damboir. Les clôtures disgracieuses qui ceinturent le parvis du stade et la plaine des sports seront supprimées, le contrôle d’accès du stade se faisant au droit des façades. La jauge du stade sera ramenée de 34 000 à 25 000 places. On préserve ainsi le dernier des stades d’Europe construit dans les années 1930 à fort intérêt architectural, puisque même les stades de Rome ou Florence ont été détruits ou abîmés».

La méthode Ferret est pragmatique, respecter l’existant en optimisant les surfaces: «Ce respect de l’œuvre architecturale existante nous a toutefois permis d’intégrer essentiellement sur des espaces déjà construits, ou délaissés un certain nombre d’équipements qui permettront de faire du nouveau parc de Lescure un des nouveaux lieux incontournables de la vie bordelaise et redynamiser le quartier.» précise avec un brin de fierté le duo d’architectes, père et fille.

 

Un Haut-Lieu du sport de haut niveau et du sport pour tous

 

«Pour le stade proprement dit, poursuit l’architecte, nous gardons l’ensemble des gradins des tribunes latérales et les places les plus proches de la pelouse dans les virages, afin de maintenir la continuité de l’arène. Nous aménageons des loges dans la tribune de face, et un grand salon de réception dans le virage sud avec vue panoramique sur l’intérieur du stade et sur la plaine des sports. L’ensemble est mis aux normes d’accessibilité. Sous les voûtains du virage nord, s’installera un espace sport-santé. Au rez-de-chaussée, nous utilisons les espaces délaissés sous les gradins pour nicher des commerces de bouches et de proximité qui dialogueront avec de nouveaux volumes contemporains abritant eux aussi des boutiques. L’ensemble formera le «Passage Lescure», promenade architecturale entre le patrimoine Art déco 1930 et l’architecture contemporaine. Nous ouvrons le parvis, actuellement fermé par des grilles, qui sera donc intégralement accessible».

Les deux entrées, de l’avenue Maurice-Martin et de la grande arche des boulevards sont conservées, ainsi que celles place David-Jonhston. Il y aura par exemple un marché permanent pour déguster les produits locaux, à l’entrée du passage Lescure, côté boulevards, qui permettra d’animer au quotidien la cour d’honneur du stade et les célèbres vases de Buthaud qui la décorent.

C’est donc un vrai stade urbain, ce patrimoine devenant pleinement lisible et accessible au public, y compris au public non sportif. En longeant le stade, on accède à la plaine des sports, dont les installations seront entièrement rénovées dans une logique sportive, paysagère et arborée.

L’endroit idéal pour faire d’une pierre deux coups: «sous la plaine des sports, nous installons un parking, en profitant du fait qu’il est naturellement en contrebas à 3 mètres sous le stade. D’où un faible décaissement pour réaliser le parking de 400 places sous la plaine des sports qui sera entièrement rénovée et bien plus agréable au public.

 

Plaine des sports ou jardin public habité

 

La nouvelle plaine des sports est habitée, pensée comme un jardin public et intergénérationnel puisque se côtoient espaces sportifs, résidence pour étudiants et seniors, logements libres et sociaux».

«L’implantation des immeubles de ville a été réglée en suivant la logique urbaine évidente qui consiste à s’implanter le long des rues pour mieux préserver le vide de la plaine des sports au centre et la continuité paysagère avec le Jardin de la Béchade. Nous utilisons l’espace bâti du gymnase des années 90, rue Albert-Thomas, que l’on démolit et dont nous relocalisons les équipements à une centaine de mètres, sur l’espace des deux frontons actuellement découverts de la plaine des sports. En les couvrant, on conserve les frontons et on permet une activité multisports, flexible et modulable.» précise Pierre Ferret.

A la place libérée par le déplacement du gymnase viennent s’insérer les programmes immobiliers, garants de l’équilibre financier de l’opération. La proposition actuelle porte sur 123 logements libres et sociaux (quatre immeubles), une résidence pour seniors de 100 lits et, au bout du parc, une résidence pour étudiants de 120 places. La nouvelle résidence pour étudiants proposera des espaces fitness et de coworking adaptés aux étudiants. Un emplacement idéal, puisqu’on est au cœur du secteur étudiant de médecine, proche du CHU.

Enfin, le projet relie le jardin de la Béchade, mitoyen de la plaine des sports, et réalise ainsi une vaste continuité verte qui a beaucoup fait pour l’acceptabilité du projet auprès des riverains. «Le jardin sera relié à la plaine des sports par la transformation de la rue Léo-Saignat en espace piéton. Ainsi la plaine des sports sous laquelle sera réalisé un parking de 400 places deviendra un véritable jardin des sports dont les équipements actuels seront remis entièrement à neuf et choisi en fonction de la concertation en cours et du respect de l’esprit de leur conception d’origine. Le coût de l’ensemble du projet devrait atteindre l’équilibre financier souhaité par la municipalité» expliquent Pierre et Venezia Ferret.

Reste en débat l’avenir de l’actuelle piste d’athlétisme autour de la plaine des sports.

Les premières réunions de pilotage, avec maquettes à l’appui dans une maison du projet, se tiendront de novembre à février. Tout y sera débattu, les sports, les logements, les activités annexes. A ce stade, on ne peut encore donner de chiffres, le prix va bouger avec la concertation.

La totalité des surfaces restent propriété de la mairie sauf les logements et la résidence qui feront l’objet d’une cession. Le stade, le parvis et les commerces feront l’objet de baux. Le tout en gardant les arbres remarquables du site. La consultation se poursuit jusqu’en février 2016, où le projet sera définitivement soumis au vote du conseil municipal de Bordeaux.

 

Chiffres-clés

Le programme

Stade: 25 000 places

Plaine des sports: 14 860 m2 de surface de plancher (SP)

Espace multisports: 2 945 m2 SP

Commerces de proximité: 6 501 m2 SP

Salon de réception: 1 270 m2 SP

Espace sport santé: 1 320 m2 SP

Brasserie: 569 m2 SP

Logements: 123 unités

Résidence pour étudiants: 120 appartements

Résidence pour seniors: 100 chambres

Parking: 400 places

 

Le photographe Philippe Caumes ravive nos mémoires

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X