Transport et infrastructures

Nouveau géant des Alpes, le tunnel suisse du Gothard ouvre l’œil

Mots clés : Ouvrage d'art

Plus long tunnel ferroviaire du monde, le Gothard a été inauguré mercredi 1er juin. Ses quelque 10 milliards d’euros de travaux créent un maillon essentiel de transport entre l’Europe du Nord et du Sud.

Le «tunnel de base», ainsi dénommé parce qu’il parcourt le massif alpin à seulement 550 mètres d’altitude, trouve son origine dans la loi suisse de 1992 qui avait créé le concept de NLFA: Nouvelle ligne ferroviaire à travers les Alpes. Approuvé par référendum, ce projet consiste à creuser plusieurs ouvrages pour permettre le passage, à grande vitesse (160 à 250 km/h selon le type de trains), de davantage de trains de marchandises et de voyageurs le long du corridor européen fret reliant la Mer du Nord (Rotterdam) à la Méditerranée (Gênes).

 

 

Les travaux de génie civil et d’équipements ferroviaires ont duré quinze ans. Ils ont représenté un montant de 9,7 milliards de francs suisses (9,2 milliards d’euros) en valeur 1998, chiffre qui grimpe à 12,2 milliards de francs avec les actualisations et les aménagements annexes. Conformément à la NLFA, ils ont été financés par trois sources principales: la RPLP, redevance poids lourds de type écotaxe, la TVA et l’impôt sur les carburants. En somme, en Suisse, la route finance le fer.

Si les trains parcourront 57 kilomètres, ce sont 152 km de galeries qui ont été creusés au total, par tunnelier Herrenknecht. Le maître d’ouvrage Alptransit les avait répartis en cinq lots de génie civil qui ont été trustés par les entreprises des pays «alpins»: le major autrichien Strabag et le leader suisse de la construction Implenia se sont partagés les mandats. Les groupements comprenaient les Allemands Hochtief et Bilfinger (ce dernier repris depuis par Implenia), l’Autrichien Alpine Mayreder et l’italien Impregilo.

Le Gothard constitue la seconde et principale étape de la NLFA, après le tunnel du Lötschberg de 34 km ouvert en 2007, où Bouygues et Vinci avaient pu remporter des marchés. Il se prolongera du tunnel du Ceneri (15 km) à la frontière italo-suisse, dont le chantier se poursuit jusqu’à fin 2019.

 

Focus

En vidéo, le percement à l'explosif du tunnel

Un document AlpTransit Gotthard AG

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X