Entreprises de BTP

« Nous avons besoin de 10.000 jeunes par an dans les travaux publics »

Mercredi 29 mars, la Fédération Nationale de Travaux Publics (FNTP) tient son assemblée générale. A cette occasion Le Moniteur a rencontré son président, Patrick Bernasconi, qui vient de lancer une campagne nationale pour l’emploi des jeunes. Morceaux choisis.

Quels seront les principaux thèmes abordés lors de votre assemblée générale ?
Le thème fort sera le recrutement, l’insertion et la qualification des jeunes. Mais nous aborderons bien sûr les problématiques économiques et réglementaires du secteur. Lors de mon élection, en 2005, j’avais indiqué vouloir faire de l’emploi des jeunes une priorité. L’assemblée générale sera l’occasion de faire le point sur les actions menées et les chantiers à ouvrir. Ce sera également l’occasion de revenir sur la campagne baptisée « Ambitions Travaux Publics » lancée officiellement le 21 mars dernier.

Quelles sont l’ambition et la teneur de cette campagne ?
Notre ambition est de séduire pour satisfaire nos besoins qui, je le rappelle, s’élèvent à 10.000 jeunes par an. La campagne « Ambitions Travaux Publics » trouvera une déclinaison en télévision, en radio et dans la presse quotidienne régionale. Mais elle se décline également sur le terrain avec les fédérations régionales et les entreprises. Par la relance d’actions qui donnent satisfaction comme « Reporter TP » mais aussi par l’organisation de journées portes ouvertes (en particulier du 4 au 7 avril 2006). Nous emmènerons les jeunes – essentiellement des collégiens – découvrir les TP. Entre 10 et 15.000 devraient passer sur nos chantiers durant le premier semestre. Nous avons pour objectif de doubler le nombre d’apprentis et de tuteurs, et d’accroître de 50 % le nombre de contrats de professionnalisation.

Les nouveaux contrats CNE et CPE correspondent-ils aux attentes de la profession des TP?
Ces deux nouveaux contrats s’ajoutent à la liste, déjà bien fournie, des outils à notre disposition. Il semble que les premiers résultats du CNE soient encourageants. Quant au CPE, difficile d’en préjuger. Qu’on explore des pistes nouvelles qui donnent plus de souplesse me paraît intéressant car il faut garder à l’esprit le taux de chômage des jeunes ! Reste que dans un secteur en tension de recrutement comme le nôtre, les maîtres mots restent la qualification et la fidélisation. Et nos meilleurs atouts pour cela sont le contrat d’apprentissage, le contrat de professionnalisation et le CDI.

Il se confirme que l’apprentissage est entré dans les habitudes des entreprises de TP. Que pensez-vous du nouveau contrat d’apprentissage junior à 14 ans ?
Les entreprises de travaux publics ont pris pleinement conscience de l’intérêt de l’apprentissage et de l’alternance dans leurs métiers. Le contrat « junior » doit permettre de mettre des jeunes, parfois en marge du système scolaire, en contact avec les entreprises. L’idée est de leur faire découvrir le monde professionnel à 14 ans avant de suivre la voie classique de l’apprentissage à 16 ans. Notre ambition est de passer de 2500 apprentis par an à 5000 dans les cinq prochaines années.

Quel bilan tirez-vous de l’année 2005 ?
2005 a été satisfaisante pour les TP avec une croissance de 2,5% en volume par rapport à 2004. L’année a été marquée par la fin des grands travaux et par une activité très soutenue dans les collectivités locales. Cela dit, nous notons bien entendu des disparités par métiers et par région.

Comment envisagez-vous 2006 ?
L’année 2006 devrait rester bien orientée puisque nous prévoyons une croissance de l’ordre de 3%. Les grands travaux devraient redémarrer au second semestre et les indicateurs sont globalement au vert. A court terme, nous ne devrions pas avoir de mauvaises surprises.

Propos recueillis par Julien Beideler et Patrick Piernaz (photo : O. Roux)

Retrouvez l’intégralité de l’entretien dans Le Moniteur du 24 mars. Patrick Bernasconi fait notamment le point sur le plan de modernisation engagé avec la réforme des statuts, la mission décentralisation, l’audit financier…

Focus

Focus

Les travaux publics en chiffres


La FNTP regroupe les entreprises de toutes tailles, au sein de 20 fédérations régionales et 17 syndicats de spécialités.
Les travaux publics représentent (données 2004) :
– 8 062 entreprises,
– 250 050 salariés dont 165 650 ouvriers, 56 400 Etam, 28 000 cadres,
– 32,2 milliards d’euros de chiffre d’affaires en France
– 15,4 milliards d’euros de chiffre d’affaires à l’exportation
– 65% de clientèle publique, 35% de clientèle privée

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X