Transport et infrastructures

Notre-Dame des Landes : La Haute autorité pour la transparence de la vie publique saisie

Mots clés : Etat et collectivités locales - Gares, aéroports

Les collectivités finançant le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) ont annoncé mercredi 4 octobre avoir saisi la HATVP après l’attribution d’une expertise par la mission de médiation gouvernementale à une société jugée anti-aéroport…

Dans un courrier adressé à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique, le président du Syndicat mixte aéroportuaire (SMA) du Grand Ouest, qui regroupe les collectivités finançant une partie du projet de nouvel aéroport nantais à Notre-Dame-des-Landes, lui demande « de bien vouloir étudier » les conditions d’attribution par la mission de médiation gouvernementale d’une expertise à « une entreprise engagée contre le transfert de l’aéroport à Notre-Dame-des-Landes », et confirmer « qu’aucun élément concernant un éventuel conflit d’intérêts n’a été relevé ».

Cette expertise « porte sur la réalisation d’un bilan carbone » et a été confiée à la société Carbone 4.

« Sans remettre en cause la compétence technique de ce cabinet, la presse a révélé que ses deux dirigeants, associés fondateurs, sont aussi membres de la Fondation pour la Nature et l’Homme créée par le ministre de la Transition écologique et solidaire et que l’un d’entre eux s’est vu remettre la Légion d’honneur par le même ministre », écrit le président du SMA, Philippe Grosvalet.

« Ces deux experts se sont publiquement exprimés par le passé contre le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Ces positions s’inscrivent d’ailleurs en cohérence avec l’action de la Fondation pour la Nature et l’Homme, dont Nicolas Hulot rappelait dans l’éditorial du rapport d’activités 2016 l’engagement contre ce projet », poursuit M. Grosvalet dans son courrier au président de la HATVP, Jean-Louis Nadal.

« Étant donné la sensibilité du dossier, un doute peut subsister sur ces relations de proximité et l’attribution de ce marché », pointe-t-il.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    autre projet stupide à abandonner

    Tout y est dans le titre . A la place de la Région, j’ investirais prioritairement su le réseau ferroviaire, en modernisant largement Nantes – Bordeaux (au moins 200 millions d’ euros à injecter sur l’ infrastructure !), et en modernisant l’ actuel aéroport et le connectant au réseau tramway (ou à défaut un lien ferroviaire avec Pornic – Nantes) ; cela suffira largement dans un premier temps (et aurait déjà du être fait !) . Par la suite, j’ appuierais le projet de LGV « Ile de France » au sud de Paris (via Orly) . Voici ce qui apporterai(en)t mieux à Nantes et son hinterland !
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X