Immobilier

Nexity vend sa part dans le Crédit Foncier pour faire face à la crise

Le promoteur immobilier, confronté à un marché de la construction qui s’effondre, envisage de vendre sa participation de 23,4% dans le Crédit Foncier au groupe Caisse d’Epargne, qui reprendra alors le contrôle total de sa filiale spécialisée dans le crédit immobilier.

Cette opération « sera sans impact sur la participation détenue » par la Caisse nationale des Caisses d’Epargne (CNCE) dans Nexity et « ne modifiera en rien les accords et conditions de la coopération industrielle des deux groupes », assurent la CNCE et Nexity dans un communiqué commun en précisant que la réalisation de l’opération est envisagée pour le début de l’année.

Le groupe Caisse d’Epargne est le premier actionnaire de Nexity, le plus important promoteur immobilier français, à hauteur de 39,6%. Les deux groupes sont liés par des participations croisées depuis juin 2007, la Caisse d’Epargne ayant apportée à Nexity, en échange de sa prise de participation, 25% du Crédit Foncier, 31,9% de la foncière Eurosic et 100% du pôle Services de GCE immobilier.
Le total des apports des Caisses d’Epargne à Nexity était valorisé à 1,366 milliard d’euros au moment de la constitution de l’ensemble en juin 2007.
Ce nouveau pôle immobilier était censé représenter un relais de croissance pour le groupe bancaire par le biais de l’immobilier.

Pour Nexity, qui vivait surtout de la promotion immobilière, activité très liée aux cycles de l’immobilier, il s’agissait de se diversifier en acquérant une activité générant des revenus plus récurrents. GCE Immobilier compte notamment comme actif principal Lamy, le deuxième administrateur de biens en France.
Chacun des partenaires était censé disposer, dans le réseau de l’autre, de « la clause de la nation la plus favorisée »: les crédits immobiliers des Caisses d’Epargne ou du Crédit Foncier devaient donc être proposés en priorité aux clients du réseau Nexity en quête de financement.
Mais l’accord était à peine signé que la crise immobilière a éclaté, fragilisant Nexity comme le groupe Caisse d’Epargne. En pratique, la coopération n’en est qu’à ses balbutiements. Début octobre, Nexity a annoncé une réduction drastique de ses programmes immobiliers, la baisse de sa prévision de bénéfice net pour 2008, à 140 millions d’euros contre 200 millions et un plan social touchant 150 personnes.
Sur les 9 premiers mois de l’année, le promoteur a enregistré un recul de 28% de ses réservations de logements neufs et lots de terrain à bâtir.
A fin septembre, le carnet de commandes du groupe s’établissait à 3,374 milliards d’euros et représentait 19 mois du chiffre d’affaires de l’activité de promotion résidentielle et tertiaire.
©AFP

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X