Industrie/Négoce

Négoce quofi : Seba et Fédis annoncent un mariage de raison à travers le GIE « Eqip »

Mots clés : Concurrence - Distribution

Les deux groupements d’enseignes indépendantes ont annoncé leur rapprochement stratégique lors de la convention Formatech, à Nantes. Une union progressive qui donnera naissance, d’ici à 2019, à un GIE baptisé Eqip. Objectif : préserver l’indépendance des adhérents et les débouchés des industriels, tout en pesant davantage face à une concurrence qui s’aiguise.

Seba et Fédis co-organisaient pour la première fois la convention Formatech, à Nantes, les 8 et 9 septembre. Et les 460 représentants des fournisseurs (85 stands) ont eu droit à la primeur de l’information : les deux groupements d’enseignes indépedantes ont publié les bans d’une union qui se concrétisera à l’horizon 2019, sous la forme d’un GIE. Le patronyme commun est déjà connu : ce nouvel ensemble de 28 sociétés, 428 points de vente et pesant 1,6 Md€ de chiffre d’affaires sera baptisé Eqip, pour « entreprises de quincaillerie indépendantes pour les professionnels ».

 

 

Outillage et EPI : des contrats annuels communs dès 2017

 

Les futurs mariés avaient revêtu leurs habits d’apparat à l’occasion de la 3e édition de la convention Formatech, la première édition en commun, donc. Le rapprochement comme la transition se feront en douceur.

« Dès octobre, nos fournisseurs d’outillage électrique, manuel et d’équipement de protection individuelle signeront des contrats annuels pour 2017 avec Eqip », annoncent les présidents des deux groupements, Philippe Nantermoz pour Fédis et Eric Setin pour Seba.

 

Les cinq autres familles de produits (serrurerie-contrôle d’accès, fixation, consommables, ferrure, et quincaillerie générale) seront négociées communément de façon progressive. Pas de quoi alarmer les fournisseurs, donc, même s’ils appréhendent une hausse des BFA.

 

Message aux fournisseurs

 

« Certains sont un peu inquiets, ils craignent plus d’exigence en terme de contrat annuel », confie Eric Setin.

« Nos fournisseurs ont tout intérêt à développer des relations avec des petits groupes familiaux comme les nôtres, estime Philippe Nantermoz. Ils préserveront leur marge bien plus facilement que s’ils doivent négocier des contrats à l’échelle européenne avec de gros « poissons ».

 

Amazon et GSB

 

C’est d’ailleurs pour faire face à cette concurrence que les deux groupements ont choisi de se rapprocher. « Face aux grands groupes multinationaux et à la GSB qui s’organise sur nos marchés, nous avons la volonté d’être plus forts ensemble. Notre objectif vise à bâtir des entreprises plus solides et pérennes, à préserver notre indépendance, nos marques et à anticiper l’avenir face à de nouvelles formes de concurrence qui ne manqueront pas d’émerger. »

En ligne de mire entre autres, le géant Amazon dont la vocation sans cesse réaffirmée est de tout vendre de A à Z.

 

Focus

Le futur GIE Eqip, un mastodonte potentiel du quofi

Eqip additionnera les forces des groupements Fédis et Seba, soit :

>28 sociétés indépendantes

>428 points de vente

>17 plateformes logistiques

>6100 salariés

>1,6 Md € de CA (prévu en 2016)

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X