Etat et collectivités

Nantes et Rennes à nouveau récompensées pour leur politique énergie-climat

Ils le disent eux-mêmes : ils « aiment bien les récompenses ». Alors, ils les cumulent. Les chargés de l’énergie des mairies de Rennes et de Nantes, Jean-Luc Daubaire et Pascale Chiron, sont venus à Grenoble -où se déroulent les Assises de l’énergie – recevoir le label Cit’ergie décerné par l’Ademe. La ville de Dijon et la Communauté urbaine de Nice Côte d’Azur ont simultanément reçu la reconnaissance CAP Cit’ergie.

Afin de répondre à l’objectif de réduction de 20 % des émissions de CO2 d’ici à 2020, fixé par le Grenelle Environnement, le label Cit’ergie récompense pour quatre ans les collectivités s’engageant volontairement dans une politique énergie climat durable. Ce label leur permet, après un diagnostic de leur situation, de structurer leur démarche de maîtrise énergétique. La démarche s’adresse depuis 2009 à toutes les collectivités qui conduisent ou projettent un Plan Energie Climat Territorial. Nantes et Rennes ont mis en oeuvre, en moins d’un an, plus de 50 % des actions possibles au vu de leurs compétences. Dijon et la Communauté urbaine de Nice Côte d’Azur s’engagent, quant à elles, à atteindre d’ici à 2013 les objectifs fixés.


On compte désormais six collectivités françaises labellisées Cit’ergie : Besançon, Echirolles, Montmélian, la communauté d’agglomération Grenoble Alpes Métropole, et désormais Nantes (283 300 habitants) et Rennes (206 655 habitants).
Pour le président de l’Ademe, Philippe Van de Maele, comme pour les élus présents, l’urgence est là, face à une augmentation des prix des énergies qui va être « violente », a déclaré le premier. « Pas informé » de la conférence nationale sur l’énergie, promise pour cette année par la ministre de l’Economie, Christine Lagarde, il espère qu’elle permettra, entre autres, de préparer les entreprises et les plus démunis à cette réalité. Car, concernant la précarité énergétique, a relevé Jean-Luc Daubaire, adjoint au Maire de Rennes chargé de l’Energie et de l’Ecologie urbaine, « on est au bord du gouffre ». Dans la ville de Rennes les impayés en électricité ont fait un bond de 28 %…

Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X