Aménagement

MVRDV a établi le plan de reconquête de la presqu’île de Caen

L’agence néerlandaise avait été désignée en 2013 pour imaginer l’aménagement du site industrialo-portuaire normand. Elle a désormais achevé son plan-guide, qui tire le plus grand parti du patrimoine bâti et naturel existant. Jusqu’au 13 mars, une exposition permet de découvrir le projet. En attendant le lancement des appels d’offres de maîtrise d’œuvre urbaine, d’ici à l’été.

MVRDV a rendu sa copie. Après avoir été choisie en 2013 pour concevoir l’aménagement futur du territoire de la presqu’île de Caen (Calvados), l’agence néerlandaise a achevé, à l’été 2015, le plan-guide pour ce territoire industrialo-portuaire de 600 ha qui s’étend sur les trois communes de Caen, Hérouville-Saint-Clair et Mondeville. Jusqu’au 13 mars prochain, une exposition (*) présente cette stratégie baptisée « La grande mosaïque ».

 

« Plan paysager »

 

Dès la phase de dialogue compétitif qui avait abouti à sa désignation, MVRDV avait en effet fondé son projet sur l’addition de tous les éléments déjà présents sur ce site. Pour l’agence, la presqu’île de Caen représente une grande composition faite d’axes routiers et de bâtiments déjà en place et dont il faut tirer parti, mais aussi un patrimoine végétal important. « Sur ce site la nature a déjà repris ses droits. Elle a resurgi dans les craquements du sol. Et des arbres ont poussé qui font déjà 20 mètres de haut. Là était l’élément structurant du site. Nous avons donc imaginé un plan paysager plus qu’urbain », explique Bertrand Schippan, l’architecte qui est à la tête du département France de MVRDV. Le plan-guide prévoit non seulement de préserver la végétation existante, mais de l’enrichir. Ainsi le réseau viaire sera complété par un « bocage urbain », des allées où les mobilités douces seront prioritaires et qui permettront d’irriguer le cœur des parcelles. 

 

 

Depuis 2013, MVRDV a dressé un inventaire fin, notamment du bâti et de son état pour savoir quels édifices seront à conserver, à transformer… ou à démolir. Et dessinant ainsi la mosaïque de l’existant, l’agence a fait ressortir « des taches blanches », soit autant de terrains susceptibles d’accueillir des constructions neuves. « Nous avons cherché à établir le programme le plus honnête possible, le plus réfléchi, explique Bertrand Schippan. Et il est apparu que le site est approprié pour devenir un quartier résidentiel, notamment parce qu’il y a une demande de logements proches du centre-ville. »

Alors que la pointe de la presqu’île a semblé être un lieu propice pour des réalisations emblématiques comme la future Bibliothèque multimédia à vocation régionale (BMVR) en cours d’achèvement (projet OMA/Clément Blanchet Architecture), l’essentiel du site sera destiné à l’habitat. Ainsi la zone opérationnelle de la presqu’île de Caen, qui représente la moitié des 600 ha du périmètre étudié dans le cadre de l’élaboration du plan-guide, quelque 7 000 logements sont prévus. Et sur ce total, 4 000 seraient construits dans les trois premières Zones d’aménagement concerté (ZAC) qui doivent être créées.

 

Maîtrise d’œuvre urbaine

 

En effet, devant l’immensité du projet, trois premiers sites d’intervention ont été pointés, soit une zone d’une trentaine d’hectares dans chacune des trois communes de Caen, Hérouville et Mondeville. Chaque ville est donc en train de monter son dossier de création de ZAC et la Société publique locale d’aménagement (SPLA) Caen Presqu’île précise que des appels d’offres pour leur maîtrise d’œuvre urbaine seront lancés d’ici à l’été 2016.

Sur ces zones, l’aménagement pourrait être mené dans les vingt à trente ans à venir. MVRDV a même affiné le phasage en identifiant trois « sous-sites » d’environ 5 ha chacun où le projet pourrait aboutir en cinq ans. A Caen, il s’agit par exemple des quais du grand bassin sur le canal de Caen à la mer. MVRDV y a notamment imaginé la création d’un « parc des Rails » sur l’ancien faisceau ferroviaire.

 

(*) L’exposition « MVRDV 20 – De Rotterdam à la presqu’île de Caen », rétrospective de 20 années de réalisations de l’agence néerlandaise. Le Pavillon, quai François-Mitterrand à Caen, jusqu’au 13 mars. www.lepavillon-caen.com

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X