Paysage

Mulhouse crée une promenade pour agrandir son centre

Mots clés : Etat et collectivités locales - Urbanisme - aménagement urbain

L’heureux dénouement du programme Mulhouse Grand Centre démontre la capacité d’une agence de paysage à orchestrer, aux côtés du maire, une approche décloisonnée de la transformation urbaine.

En réponse au déficit d’attractivité commerciale et immobilière du centre de Mulhouse, révélé en 2009 par une étude du cabinet Bérénice, le nouveau maire Jean Rottner, reconduit en 2014, s’est attaqué simultanément à quatre facteurs : commerces, logements, stationnement et espaces publics.

Choisie pour guider la collectivité dans ce dernier volet qui mobilise à lui seul la moitié des 36 millions d’euros affectés au programme sur la période 2009-2013, l’agence de conception paysagère et urbaine Mutabilis applique sa doctrine de sobriété et de rigueur : « Changer ce qui doit l’être », traduction du latin « mutatis mutandis » qui a contribué à forger son nom. Les finitions programmées en 2015 comprennent un aménagement de voirie, une prolongation de liaison douce et la transformation d’un square. « Nous nous définissons comme des assembleurs, portés par une volonté de dépasser le compartimentage qui rend la ville illisible », explique Ronan Gallais, directeur associé de Mutabilis.

 

Rebondir sur le tramway

 

Le paysagiste a rebondi sur le porphyre, roche qui signale des espaces offerts aux marcheurs aux abords des lignes de tram depuis leur lancement en 2006. Ce même matériau guide désormais les zones de confort piétonnier ouvertes dans 17 rues du centre-ville. Sans exclure la voiture, les trottoirs généreux franchissent de nouvelles étapes sur la voie de l’accessibilité : « Les fauteuils circulent plus facilement sur les pavés lisses à joints minces ; sur la place de la Réunion, nous avons profité du réaménagement pour mettre le pavage au niveau des seuils des boutiques », souligne Olivier Lonpret, directeur du pôle voirie. « L’écoute permanente des commerçants a permis d’ajuster le projet en temps réel, et avec le souci du détail, sans s’écarter de ses lignes directrices », ajoute Frédéric Marquet, manager du commerce en poste à la ville.

 

Promenade autour du fil rouge

 

Au point de rencontre entre l’innovation et la mémoire, le fil rouge, itinéraire piéton de 3,8 km, symbolise l’élargissement du centre-ville, dans un périmètre délimité par une série de signaux tous repérables par le rouge Andrinople. Emblème de l’impression sur étoffe qui a propulsé l’industrie locale sur la scène mondiale du textile au XIXe siècle, cette couleur se retrouve dans toutes les représentations de la roue dentée du moulin, symbole de Mulhouse. Le même rouge signe les trois types de ponctuation proposés par Mutabilis dans le nouvel itinéraire : extraordinaires, elles peuvent prendre la forme d’un drapeau sur son mât de 18 m au carrefour central de la ville ou d’un kiosque sur une place rénovée ; ordinaires, elles décorent les ganivelles qui longent les squares ou les clous qui guident les marcheurs ; singulières, elles deviennent tulipes ou coquelicots, de part et d’autre de la nouvelle rampe piétonne qui trace le diamètre de l’immeuble Annulaire, joyau architectural de l’après-guerre.

Façade culturelle

 

Au sortir de la gare, cette traversée publique d’une copropriété privée fonctionne désormais comme une invitation à découvrir la façade culturelle de la ville, jusqu’ici ignorée par l’animation urbaine : en continuant tout droit, le marcheur passera à côté de la façade rénovée du centre chorégraphique national et du musée des beaux-arts, avant d’aboutir aux jardinets de pots qui égayent le nouveau passage du Théâtre, porte du centre historique. S’il lève la tête dans ce passage, il sourira sans doute en découvrant le clin d’œil que lui adressent les pommes rouges de Guillaume Tell, sur une enseigne métallique.

Aux stimulations du regard recherchées par ces ponctuations, s’ajoute le repérage offert par une signalétique développée sur mesure pour Mulhouse Grand Centre : les lames obliques donnent discrètement la direction des monuments et administrations désignées dans des lignes horizontales, avec des durées à pied ou à vélo ; le rouge ne revient que pour distinguer les sites exceptionnels, sur le fond du gris anthracite du mobilier du tramway. « Nous avons réussi à concilier une approche poétique et industrielle, adaptée aux personnes à mobilité réduite et aux malvoyants, avec une description précise des mâts en vue d’éventuels réassortiments », se réjouit Pascal Dupuis, chargé du projet à l’Atelier 59, co-traitant de Mutabilis pour la signalétique.

Attractivité retrouvée

 

« Après le trou d’air commercial consécutif aux travaux du tramway, Mulhouse Grand Centre a ramené la confiance dans l’attractivité de la ville », se réjouit le maire. A rebours de la tendance constatée dans la majorité des grandes villes de France, Mulhouse observe depuis 2011 une nette réduction de la vacance commerciale, avec 291 ouvertures pour 152 fermetures.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X